Pour Bert Koenders, le foncier est au coeur des conflits en Côte d'Ivoire


©

L'Onuci (Organisation des Nations unies en Côte d'Ivoire) intensifie ses patrouilles aériennes dans l'ouest du pays, après l'attaque de deux villages proches de la frontière libérienne qui ont fait plus de 10 morts, un mois avant les élections locales. Vendredi 29 mars 2013, le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU en Côte d'Ivoire, répondait aux questions de la presse. Pour Bert Koenders, ces attaques sont sérieuses. Selon lui, l'un des moyens d'y mettre fin serait de régler les problèmes fonciers.

Pour Bert Koenders, les questions foncières sont les racines profondes des conflits dans le pays. Le problème, c'est que dans l'Ouest, ces litiges attisent les tensions entre les communautés et se terminent parfois dans le sang.

Le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU en Côte d'Ivoire demande à ce que ce dossier devienne une priorité nationale. Il observe ainsi : « L'analyse de la situation actuelle reflète la nécessité de prioriser de nouveau l'Ouest. Et aussi celle de prioriser l'adoption d'une triple stratégie nationale qui traite dans une approche commune les problèmes fonciers de la sécurité et de la réconciliation ».

Les Nations unies ont mis sur pied un groupe de consultation sur le foncier pour aider le gouvernement. Bert Koenders préconise notamment de miser sur la prévention en renforçant les autorités locales. Il souligne : « Les préfets devraient être en mesure de jouer un rôle plus important dans ce domaine, ils font déjà beaucoup mais il faut leur donner le soutien politique et matériel pour effectuer ce travail ».

Une réunion est prévue la semaine prochaine, qui rassemblera les gouvernements ivoirien et libérien, ainsi que l’Onuci et la Mission de l’ONU au Libéria.