Rwanda: une présidence du Conseil de sécurité de l'ONU sur fond de tensions


©

C'est à compter du 1er avril 2013 et jusqu'au 30 avril, que le Rwanda, membre non-permanent du Conseil de sécurité de l’ONU depuis le 1er janvier, présidera ce même Conseil. Encore aujourd'hui, beaucoup de responsables rwandais considèrent que l’instance internationale n’a pas été à la hauteur de la tragédie de 1994. Plus récemment, la publication d’un rapport d’un groupe d’experts de l’ONU accusant le Rwanda de soutenir la rébellion du M23 dans l’est de la RDC, a entraîné un regain de tension, les responsables rwandais ayant toujours ouvertement démenti ces accusations.

Aujourd’hui, Kigali qui vient de prendre la présidence tournante du Conseil de sécurité, se dit prêt à assumer tout son rôle. Une présidence qui intervient alors que le Conseil de sécurité a voté la semaine dernière une résolution renforçant le mandat de la Monusco, en créant notamment une brigade d’intervention qui pourra mener des opérations offensives et ciblées, pour lutter contre les groupes armés dont le mouvement rebelle M23.

Si le Rwanda a accueilli fraîchement cette idée, il a néanmoins voté cette résolution, assurant que c’est un bon moyen d’assurer la paix, et en espérant que cette force permettrait de lutter contre le FDLR, une rébellion hutu qui sévit à l’est de la RDC et qui est toujours considérée comme une menace pour Kigali.

Le Rwanda n’hésite pas à rappeler également qu’il contribue largement aux opérations de maintien de la paix, notamment en envoyant des troupes au Darfour et au Sud-Soudan.

Selon le chef de la diplomatie rwandaise, cette présidence du Conseil de sécurité aura pour thème la prévention des conflits, en s’intéressant aux causes profondes de ces derniers.