Une mission européenne pour remettre à niveau l'armée malienne

Près de 2700 soldats maliens vont être formés par la Mission de l'UE d'ici début 2014.
© AFP/ERIC FEFERBERG

La formation de militaires maliens par la Mission de l'Union européenne (EUTM) commence ce mardi 2 avril 2013. Les premiers soldats à en bénéficier sont attendus sur la base de Koulikoro, à une soixantaine de kilomètres au nord de Bamako. Décidée le 17 janvier dernier, cette mission européenne d'environ 550 militaires a un mandat initial de 15 mois. Elle est censée remettre sur pied l'armée malienne afin de la rendre capable de défendre l'intégrité territoriale du pays après le départ de l'opération Serval.

Le constat du commandant français d'EUTM est sévère. Pour le général François Lecointre, l'armée malienne est « destructurée », « incapable de se projeter dans l'avenir ». Bref, tout est à reconstruire.

La tâche des instructeurs européens est donc immense et se fera par vagues : quatre bataillons de 670 hommes seront successivement formés, soit au total quelque 2 700 soldats.

Au programme : des cours techniques, c'est-à-dire entraînement au tir, manœuvres, mais aussi des formations théoriques avec notamment des modules sur le respect du droit humanitaire. Les premiers éléments formés devraient être opérationnels au mois de juillet.

Le lieutenant-colonel Yacouba Sanogo dirige le premier groupement tactique interarmes qui sera formé par les militaires européens pendant dix semaines. Il attend beaucoup de cette formation :

Le côté technique de cette formation tel le maniement des armes ou la conduite des véhicules est un aspect pratique, le plus nécessaire, pour mes hommes.

Lieutenant-colonel Yacouba Sanogo
02-04-2013 - Par David Baché

Au total, 23 pays européens sont engagés dans cette mission de formation. La France est la plus impliquée, suivie par l'Allemagne, l'Espagne, la Grande-Bretagne et la République tchèque.

Pour le général Lecointre, c'est un « tour de force » d'avoir réussi à mettre sur pied une mission internationale en deux mois et demi.

Mais, au-delà de la formation initiale, l'armée malienne a aussi besoin d'équipements et d'un encadrement solide. L'Union européenne espère en tous cas faire mieux que les Etats-Unis, qui eux aussi ont beaucoup investi dans l'entraînement des soldats maliens.

Depuis 2009, le Pentagone aurait dépensé près de 500 millions d'euros au Mali dans le prolongement de l'initiative Pan Sahel, destinée à lutter contre le terrorisme. Le capitaine Sanogo, auteur du coup d'Etat du 22 mars 2012, avait notamment bénéficié de ce soutien américain.

Dans un premier temps, l’EUTM pourrait d'ailleurs se contenter de former des cadres, de futurs instructeurs maliens, car le gros des bataillons maliens est actuellement mobilisé pour mener la guerre contre le terrorisme.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.