Pascal Simbikangwa, premier Rwandais renvoyé devant les assises en France pour «complicité de génocide»


©

Pascal Simbikangwa devrait bien être le premier Rwandais poursuivi en France pour son rôle présumé dans le génocide de 1994. Comme le Parquet l'avait fait il y a quelques semaines, les juges d'instruction du Tribunal de grande instance de Paris (TGI) ont décidé de renvoyer cet ancien militaire rwandais devant la cour d'assises pour « complicité de génocide » et de crimes contre l'humanité. Arrêté à Mayotte en 2008 dans une affaire de faux papiers, ce quinquagénaire avait été transféré ensuite dans une prison de métropole et mis en examen. Sur la vingtaine de plaintes déposées à Paris par le Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR), c'est la première fois qu'un dossier va aussi loin. D'où la satisfaction d’Alain Gauthier, le président de cette association qui lutte depuis des années contre l'impunité pour les présumés génocidaires rwandais réfugiés en France.

Rappelons que les parties civiles comme les avocats de Pascal Simbikangwa ont la possibilité de faire appel de ce renvoi devant la cour d'assises.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.