Pretoria réaffirme le chiffre de 13 soldats sud-africains tués en Centrafrique

L'hommage rendu aux soldats sud-africains tués en Centrafrique, à la base aérienne militaire de Pretoria, le 2 avril 2013.
© Photo AFP / Stephane de Sakutin

Une polémique naissante en Afrique du Sud : combien de militaires sud-africains sont-ils morts au combat lors de la prise par les rebelles de Bangui, la capitale centrafricaine, il y a dix jours ? Au cours de la cérémonie d'hommage qui a eu lieu à la fin de la semaine dernière, le président Jacob Zuma a salué la mémoire de treize combattants dont il a cité les noms. Mais en Centrafrique, différentes sources interrogées par RFI affirment que les victimes seraient bien plus nombreuses.

Combien de militaires sud-africains sont-ils effectivement tombés lors de l'attaque des rebelles centrafricains sur Bangui ? Le chef d'état-major chargé des opérations de la rébellion dit avoir vu 36 morts sud-africains. Une source anonyme, qui était à la base française, décrit la présence de 50 sacs mortuaires sur le point d'être embarqués pour l’Afrique du Sud.

Des chiffres démentis par le porte-parole du ministère de la Défense sud-africain, Xolani Mabanga : « Je trouve personnellement que les informations que vous avez révélées sont étranges, je dirais même qu'elles sont ridicules et insultantes vis-à-vis de notre nation. Ce que je dis, c'est que seuls treize membres des forces de défense nationale sud-africaine ont péri dans les combats contre les rebelles. Et nous, nous disons à tous ceux qui contestent ce chiffre que nous, les membres des forces de défense nationale sud-africaine, nous sommes disposés à ce qu'ils nous montrent ces soi-disant autres corps, qu'ils nous prouvent qu'il y a eu d'autres morts dans nos rangs, au-delà des treize soldats que nous allons inhumer ce week-end. »

Depuis les pertes essuyées lors de la bataille de Bangui, l'opposition sud-africaine et les syndicats de l'armée s'interrogent sur les raisons de cette présence militaire en Centrafrique. Certains accusent l'Afrique du Sud d'avoir cherché à préserver ses intérêts économiques. Jacob Zuma a en tout cas annoncé ce jeudi que son pays retirait ses troupes en indiquant que l'accord passé avec François Bozizé n'était plus valable depuis le renversement.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.