Mali: au camp de Djicoroni Para, les bérêts rouges se retrouvent

Un soldat monte la garde devant l'entrée du 33e régiment de parachutistes dans le camp de Djicoroni à Bamako le 2 mai 2012.
© AFP PHOTO / HABIBOU KOUYATE

Au Mali, les bérets rouges ont organisé un rassemblement ce jeudi 4 avril dans leur camp militaire de Djicoroni Para. Après un long conflit interne à l’armée malienne, les bérets rouges, proches de l’ancien président Amadou Toumani Touré, et les bérets verts, à l’origine du coup d’Etat de mars 2012, sont aujourd’hui réconciliés. Les bérets rouges ont été réintégrés à l’armée nationale et certains sont même partis combattre dans le Nord, dimanche dernier.

Ce rassemblement organisé par et pour les bérets rouges dans leur fief historique de Djicoroni Para, à Bamako avait en fait pour objectif de contrôler l’état des effectifs.

Selon un officier cadre des bérets rouges, qui préfère ne pas être cité, près de quatre cents bérets rouges sont aujourd’hui déployés dans le Nord, quatre cents autres sont à Bamako, en formation ou en attente d’une affectation, et deux cents sont ailleurs, sans leur béret.

Ceux-là avaient accepté d’être réintégrés à l’armée malienne avant que les bérets rouges et les bérets verts ne s’entendent ; ils avaient donc accepté des postes nouveaux et quitté leur corps d’origine. Aujourd’hui, ces soldats peuvent décider de redevenir des bérets rouges ou bien de conserver leur affectation actuelle. Dans tous les cas, bien sûr, au service de l’armée malienne.

Les bérets rouges, et c’était là l’objectif du rassemblement de Djicoroni Para, souhaitent à présent que ces anciens frères d’armes reviennent, afin de reconstituer le corps historique des bérets rouges.

« Certains nous ont trahi, d’autres ont accepté leur réaffectation pour nourrir leur famille, affirme ainsi l'officier, mais aujourd’hui il n’est plus question de tout cela. C’est l’union que nous voulons. » L’union au sein de « la famille » des bérets rouges, mais également de l’armée nationale. « Les bérets verts jouent le jeu, affirme avec reconnaissance cette source, il n’y a plus de problème avec eux, les accords que nous avons passés ont tous été respectés. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.