Qatar: ouverture de la conférence des donateurs pour le Darfour


©

Plus de 400 responsables gouvernementaux, représentants d'agences des Nations unies et d'organisations caritatives, sont rassemblés à Doha, au Qatar, où s’est ouverte la conférence des donateurs pour le Darfour, ce dimanche 7 avril. L'objectif est de réunir 7,2 milliards de dollars pour un projet de développement sur six ans. Si tous les intervenants ont reconnu que la guerre n'était pas terminée, ils jugent également que ces fonds apporteraient un début de solution.

Avec notre correspondante à Doha, Laxmi Lota

Ce dimanche 7 avril, le président de l'autorité régionale du Darfour a rappelé que l'accord de paix n'avait pas été signé par tous. Des manifestations ont eu lieu la veille, samedi, dans la région pour dénoncer la persistance des violences sur le terrain.

Ali al-Zatari, représentant du programme de développement des Nations unies et coordinateur humanitaire au Soudan, dit comprendre ces manifestants. Mais, selon lui, cette conférence est une chance à ne pas laisser passer. « Si les gens manifestent, c'est bon signe. Cela veut dire qu'ils sont libres de pouvoir le faire. Ce que nous ne voulons pas, c'est qu'ils prennent les armes et commencent à se battre », a déclaré Ali al-Zatari devant la conférence des donateurs.

« Il ne peut y avoir de reconstruction sans la paix »

« Je suis tout à fait d'accord : il ne peut y avoir de reconstruction sans la paix. Mais quand les gens vont voir de nouveaux hôpitaux, des écoles, des cliniques, des routes qui relient les fermes au marché, ils vont s'apercevoir qu'ils peuvent vivre en paix. Ce que nous leur demandons, c'est de venir s'asseoir à la table des négociations, d'exposer leurs conditions, de donner une chance au Darfour de vivre, même 6 mois, sans violence. »

« La paix durable, seul le rétablissement de la justice et le développement économique permettront d'y parvenir », a conclu dimanche matin Nabil al-Aarabi, le secrétaire général de la Ligue arabe.