RDC: «Atalaku» ou l’urgence du témoignage


©

Le film du Congolais Dieudo Hamadi, Atalaku, a obtenu le prix Joris Ivens au Cinéma du Réel 2013, le célèbre festival du documentaire qui s’est achevé fin mars à Paris. Il s’agit de son premier long-métrage, qu’il a effectivement tourné tout seul, caméra à l’épaule.

Les contraintes du Cinéma du réel, Dieudo Hamadi les a respectées à la lettre. Plutôt qu’un candidat, il a choisi de filmer des jeunes d’un quartier populaire de Kinshasa, ceux qui servent de « petites mains », pour filmer la campagne électorale de 2011 en République démocratique du Congo. Ces élections, législatives et présidentielle, ont eu lieu à l’issue du premier mandat du président Joseph Kabila, précise un carton d’entrée de jeu. C’est la deuxième fois depuis 1960 que des élections libres ont lieu dans ce pays-continent, y explique-t-on, rappelant au passage le coup d’Etat de Mobutu, resté trente-deux ans au pouvoir avant d’être renversé en 1997.

Gaylor loue ses services au plus offrant
 
Pasteur « dans le civil », Gaylor, le personnage principal de ce film de 60 mn, loue ses services au plus offrant, battant campagne pour l’un ou l’autre des candidats en lice à la députation. Publicité pour les meetings, recherche de groupes de musiciens pour les animer… Gaylor s’est transformé en « Atalaku » (le titre du film), qui signifie « crieur » en lingala. On le voit passer de l’Eglise, où il incite ses fidèles à faire des dons pour la paroisse, aux étals des marchés où il cherche à convaincre les « mamans » de se rendre au meeting de « son » candidat, une Bible dans une main, des liasses de billets dans l’autre, distribuant parcimonieusement les précieuses devises.
 
La démarche de Dieudo Hamadi s’apparente-t-elle, comme le signifie son prix au Cinéma du réel, à celle de Joris Ivens, ce cinéaste néerlandais, mort en 1989 à Paris, qui a fait école en parcourant le monde, caméra à l’épaule ? Sans doute par l’urgence qu’il ressent de témoigner. Un« concours de circonstances », dit-il, a fait qu’il a été retenu après la première élection de 2006 (avait-il déjà l’envie de tourner ?) pour suivre une formation de cinéma, d’abord à Kisangani, sa ville natale, à l’est de la RDC, puis à Kinshasa. Cet ancien étudiant a arrêté ses études de médecine deux ans avant la fin pour devenir cinéaste…
 
Une scène du film "Atalaku" de Dieudo Hamadi. © DR
Au total : 30 heures de rushes
 
Ce n’est sans doute pas anodin, le sujet de son premier film (Dames en attente) porte sur une femme séquestrée dans une maternité de Kinshasa parce qu’elle n’a pas les moyens de payer ses frais d’accouchement... Une « pratique courante » qu’il a voulu montrer. Sensible à la sécurité des femmes de sa région d’origine, il a tourné son second court-métrage à l’est du pays, dans la ville de Bukavu, où il a suivi une commissaire de police chargée de lutter contre les violences sexuelles…

Atalaku
est son premier long-métrage, qu’il a effectivement tourné tout seul, caméra à l’épaule (voir interview ci-dessous). Au total : 30 heures de rushes. Et personne pour avancer les financements… Pourtant, en faisant vivre ces élections comme si on y était, chaque scène – même approximative - fait travailler l’imaginaire. Quand l’échéance approche, et que les fraudes pourrissent l’ambiance dans les bureaux de vote, la relation des Congolais des quartiers populaires à leur classe politique ne semble pas aussi dépourvue d’enjeux qu’il y paraît. Et réciproquement.


 Vous pouvez retrouver la bande-annonce d'Atalaku sur le site du Cinéma du réel.