Guinée: retour agité de l'ex-chef de la junte Dadis Camara sur ses terres

Le capitaine Moussa Dadis Camara, en 2009.
© Laurent Correau / RFI

L'affaire fait grand bruit en Guinée. L’ex-chef de la junte, Moussa Dadis Camara, va rentrer dans son pays à l'occasion des obsèques de sa mère qui devraient avoir lieu dimanche prochain à Nzérékoré. Il vit en exil à Ouagadougou depuis janvier 2010 après avoir été blessé à la tête par son ex-aide de camp, Toumba Diakité. Moussa Dadis Camara compte toujours beaucoup de supporters en Guinée, notamment dans sa région d'origine, la Guinée forestière.

L'affaire est remontée jusqu'au bureau du président Alpha Condé. Dadis Camara peut-il rentrer en Guinée ? Et si oui, dans quelles conditions ? Manifestement, l'ex-chef de la junte qui a dirigé le pays entre 2008 et 2010 devra se contenter d'un voyage à Nzérékoré où sera enterrée sa mère. Il s'y rendra via le Libéria et devra repartir ensuite pour son exil burkinabè.

Mais son arrivée suscite déjà des remous. Certains de ses compagnons d'armes au sein de l'ex-junte vont se rendre à Nzérékoré pour l'accueillir. Des coordinations de jeunes et de femmes de la région forestière, de même qu'une partie des hommes politiques issus eux aussi de Guinée forestière se mobilisent déjà.

Dans ce branle-bas de combat, un homme s'est signalé par un appel téléphonique surprenant. Toumba Diakité, l'ancien aide de camp de Dadis Camara, celui-là même qui avait voulu l'abattre d'une balle dans la tête fin 2009, l'a appelé pour lui présenter ses condoléances.

Mais ce retour, même provisoire, de Dadis Camara sur ses terres ne fait pas que des heureux. Ainsi la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH) estime que l'ancien dirigeant devrait en profiter pour répondre à la justice guinéenne. Deux commissions rogatoires ont déjà été envoyées à Ouagadougou pour qu'il s'explique sur le massacre du 28 septembre 2009 commis par les bérets rouges. Dadis Camara n'y a toujours pas répondu.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.