OMC: les deux candidats africains quittent la course à la succession de Pascal Lamy

Le directeur général de l’OMC, Pascal Lamy, partira en retraite fin août.
© REUTERS/Denis Balibouse

Ils étaient neuf, ils ne sont plus que cinq. Quatre candidats pour le poste de directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) ne sont plus dans la course. Parmi eux, deux candidats africains ont échoué au premier tour de sélection qui s'est déroulé ce vendredi 12 avril au siège de l'organisation, à Genève.

Le Ghanéen Alan John Kwadwo Kyerematen et la candidate kényane, Amina Mohamed, pensaient disposer des atouts nécessaires pour recueillir le soutien de la majorité des pays. Mais ils n'ont pas réussi à convaincre le conseil général, l'organe exécutif de l'Organisation mondiale du commerce, lors du grand oral à Genève.

Avec l'élimination des candidats costaricain et jordanien, ils sont encore cinq en lice pour succéder au Français Pascal Lamy. Ils viennent du Mexique, du Brésil, de l'Indonésie, de Corée du Sud et de Nouvelle-Zélande.

Les pays émergents sont désormais en pôle position. Ce sont eux qui tirent le commerce mondial. Et ils ont bien l'intention de placer leur candidat à la tête de l'Organisation mondiale du commerce.

Un deuxième tour de sélection devrait aboutir prochainement au retrait de trois autres candidats. Et le dernier tour, prévu avant fin mai, devra départager les deux candidats restants.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.