Republier
Burundi

Burundi: la répression contre les partisans de la prophétesse Zebiya continue de plus belle

Le Burundi.
© (Carte: I.Artus/RFI)

La répression contre les adeptes de Zebiya s'intensifie. Il y a un mois, neuf adeptes de cette prophétesse d'obédience catholique étaient tués sur la colline de Busindé, dans le nord du pays, dans des heurts avec la police. Une cinquantaine d’autres avaient été blessés. A Pâques, une quarantaine d’adeptes avaient été arrêtés au même endroit, puis condamnés à des peines allant de six mois à trois ans de prison. Vendredi 12 avril, quelque 200 adeptes ont été arrêtés alors qu’ils se rendaient sur la même colline, comme chaque 12 du mois, date à laquelle il y aurait des apparitions de la Vierge Marie. Ils ont été déférés devant un tribunal pour rébellion aux ordres des autorités selon la procédure d’urgence, et les autorités ont voulu faire un exemple, en prononçant de lourdes peines.

Ce procès a été encore plus expéditif que celui organisé à Pâques devant la même juridiction. Tout ce beau monde a en effet été entendu par les juges du tribunal de grande instance de Kayanza, en moins de cinq heures, sans l’assistance d’un avocat (selon des sources judiciaires sur place).

Mais encore, le délibéré a duré à peine une trentaine de minutes. Puis le verdict est tombé peu avant minuit. Plus dur encore : treize personnes accusées d’être les meneurs de la rébellion ont été condamnées à cinq ans de prison ferme chacune. 131 autres ont écopé de trois ans de prison. 38 mineurs vont passer une année et six mois derrière les barreaux.

Rien n'arrête ces adeptes

De hauts responsables burundais tentent de justifier cet acharnement, en évoquant la décision de l’Eglise catholique du Burundi d’interdire tout culte sur la commune de Busindé, où leur prophétesse Eusébie Ngendakumana, Zebiya en kirundi, assure avoir eu des visons de la Vierge Marie.

Que ce soit la mort d’une dizaine de leurs compagnons tués par la police ou leur condamnation à de lourdes peines de prison, absolument rien ne semble aujourd’hui pouvoir arrêter les adeptes de Zebiya.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.