Mahmoud Ahmadinejad, peu avant la fin de son mandat, part en tournée africaine

Mahmoud Ahmadinejad, lors d'un précédent voyage africain à Tombouctou, au Mali.
© Reuters

Le président de la République d'Iran entame, le dimanche 14 avril 2013, une mini-tournée sur le sol africain placée sous le signe du développement des relations politiques et économiques. Ce dimanche après-midi, il est au Bénin. Il se rend ensuite au Ghana puis au Niger, grand producteur d'uranium.

Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

Mahmoud Ahmadinejad, qui va rencontrer les présidents des trois pays visités, doit signer des accords pour développer les relations économiques et politiques bilatérales avec eux.

« Il s’agit d’une visite d’Etat qui marquera le renforcement de la coopération entre les deux pays », déclare le ministre béninois des Affaires étrangères, Nassirou Arifari Bako.

L’étape de Niamey est importante, car le Niger possède des mines conséquentes en matière d’uranium.

Or, Téhéran développe à grande vitesse son programme nucléaire malgré les pressions internationales et de nombreuses sanctions économiques contre le pays.

Cette visite intervient alors que Niamey a critiqué le partenariat qualifié de « très déséquilibré » qu'elle entretient avec la compagnie française Areva (anciennement CEA-Industrie), qui exploite les mines d’uranium depuis plus de quarante ans dans le nord du Niger.

Téhéran vient de commencer pour sa part l’exploitation de deux mines d’uranium dans le centre du pays pour se fournir en concentré d’uranium pour son programme d’enrichissement, ce qui doit permettre une éventuelle coopération entre l’Iran et le Niger.

Dans ce domaine, le président iranien, qui finit son mandat dans quelques mois, s’est rendu à sept reprises en Afrique et a déjà visité onze pays africains.

Le président zimbabwéen Robert Mugabe (d) et son homologue iranien Mahmoud Ahmadinejad (g) à l'aéroport international d'Harare, le 22 avril 2010. © Reuters / Philimon Bulawayo