Republier
Justice Rwanda

Rwanda: le parquet requiert 25 ans d’emprisonnement contre l’opposante Victoire Ingabire en appel

L’opposante rwandaise Victoire Ingabire.
© AFP PHOTO BERTRAND GUAY

Vingt-cinq ans de prison ferme, c’est ce qu’a réclamé hier, mardi 16 avril, le parquet rwandais à l’encontre de l’opposante Victoire Ingabire au second jour de son procès en appel à la Cour suprême de Kigali. Elle avait été condamnée le 30 octobre dernier à 8 ans de prison ferme pour « conspiration» et négation du génocide de 1994. A cette époque, le parquet avait requis la prison à vie pour l’opposante.

« Le juge du tribunal de première instance a ignoré d’importantes dispositions de plusieurs lois pour prononcer cette peine de 8 ans de prison », c’est ce qu’a déclaré le procureur Alphonse Hitiyareme, avant de requérir une peine de 25 ans de prison ferme contre Victoire Ingabire mardi lors du second jour du procès en appel de l’opposante. En cause notamment, selon le parquet, le fait que Victoire Ingabire n’ait pas été condamnée en première instance pour la création d’un groupe armé et la propagation de rumeurs.

Le parquet a cependant précisé ne plus requérir la prison à vie, comme en première instance, en raison de la promulgation d’un nouveau code pénal allégeant les peines pour diverses infractions.

« En dehors de la législation »

Pour Maître Gateragashabana, l’avocat rwandais de Victoire Ingabire, qui a également fait appel de la condamnation de sa cliente, les arguments du parquet sont non fondés. « A la lumière des éléments qui se trouvent dans le dossier, explique ce dernier, nous considérons que le fait de faire un réquisitoire sollicitant une peine de 25 ans, nous paraît en dehors de ce que prévoit la législation. »

Le procès doit se poursuivre ce mercredi 17 avril avec les plaidoiries de la défense.

Victoire Ingabire, présidente des Forces démocratiques unifiés (FDU), formation non reconnue par Kigali, a été arrêtée et incarcérée en octobre 2010 peu après son retour au Rwanda en vue de se présenter à la présidentielle. Présidentielle remportée avec 93% des voix par Paul Kagame, chef du Front patriotique rwandais, l’ex-rébellion tutsie ayant mis fin au génocide de 1994.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.