Nigeria : le président Jonathan ordonne une enquête après les affrontements sanglants de Baga


©

Le président nigérian Goodluck Jonathan a ordonné l'ouverture d'une enquête après la mort de 187 personnes dans des affrontements entre armée et islamistes dans la localité de Baga, sur les rives du lac Tchad. La localité, elle, était toujours bouclée, quatre jours après la répression sanglante. Ces violences ont été condamnées par Washington qui demande au gouvernement nigérian « plus qu'une simple réponse sécuritaire » face à « l'extrémisme violent » des islamistes de Boko Haram. Beaucoup de zones d'ombre, sur cette attaque, persistent. Elle s'est produite au lendemain de la libération des otages français, les membres de la famille Moulin-Fournier.

Comment le feu des armes a-t-il pu détruire la localité de Baga, sur les rives du lac Tchad ? Comment 187 personnes ont-elles pu périr dans une opération menée contre la secte islamiste Boko Haram ?

Le brigadier général Austin Edokpaye, le commandant nigérian de la force qui est intervenue, affirme que les militants islamistes avaient avec eux de l'armement lourd et qu'ils ont utilisé des civils comme bouclier humain pendant les combats.

Ses explications ne convainquent pas les défenseurs des droits de l'homme nigérians, qui rappellent que la Joint Task Force, la force chargée de la lutte contre le terrorisme dans le Nord, a une longue pratique indiscriminée des représailles quand ses éléments sont pris pour cible par Boko Haram. « Quand l'un des leurs a été attaqué, explique un activiste, les militaires arrivent et ouvrent le feu. Ils arrêtent les gens qui étaient là et brûlent des maisons ».

Les versions divergent sur les faits qui ont conduit au déchaînement de violence. La libération des otages français, intervenue la veille a, en fait, permis aux militaires d'avoir les mains libres pour intervenir. « Pendant la captivité des otages français, analyse l'intellectuel nigérian Shehu Sani, la violence était toujours là, mais les militaires en ont moins fait usage. Contrairement à d'autres prises d'otages, poursuit-il, ils n'ont d'ailleurs pas cherché à intervenir pour obtenir la libération des captifs ».

« Cela faisait un certain temps qu'ils rongeaient leur frein, et voulaient en découdre avec Boko Haram », explique un bon connaisseur du dossier.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.