Togo: le ministre de la Sécurité livre les premiers éléments sur le drame de Dapaong


©

Le ministre togolais de la Sécurité a livré les premiers éléments de la commission mixte d’enquête sur les manifestations qui ont causé la mort de deux élèves à Dapaong. Si, pour le premier cas, le ministre reconnaît qu’il a succombé des suites d’une blessure par balle imputable à des éléments des forces de l’ordre, il faudra attendre la fin des investigations pour le deuxième.

C’est désormais clair, Anselme Gouyano Sinandaré est mort des suites d’une blessure par balle, imputable à des éléments des forces de l’ordre. « L’élève Anselme Gouyano Sinandaré a succombé des suites d’une blessure par balle imputable à des éléments des forces de l’ordre qui tentaient de contenir les manifestants, a affirmé Yark Damehame, ministre de la Sécurité. Malheureusement, un tir tendu a, dans la foulée, atteint mortellement la victime. »

Les fonctionnaires de police sont formellement identifiés : ils sont tous mis aux arrêts de rigueur à la direction de la police nationale. Anselme Gouyano Sinandaré sera inhumé jeudi 25 avril. Quant à la seconde victime, Douti Sinanlénga, décédé le 17 avril -soit deux jours après les violentes manifestations-, plusieurs éléments nouveaux sont apparus dans l’enquête sur son décès. Pour plusieurs témoins, cet élève de 21 ans serait mort des suites de coups reçus lors de la manifestation. Le procureur de la localité, pour sa part, a annoncé qu’il était décédé d’un arrêt cardiaque en pleine intervention chirurgicale. Une thèse que contestent les syndicalistes de la Synergie des travailleurs du Togo.

L’enquête est donc en cours et dès que les conclusions de ces investigations seront disponibles, elles seront communiquées sans délai, a conclu le ministre de la Sécurité.