Comores: plusieurs arrestations après la tentative de coup d'Etat


©

On en sait un peu plus sur la tentative de déstabilisation annoncée par les autorités comoriennes samedi dernier. Une quinzaine de personnes dont des mercenaires congolais et tchadiens ainsi qu'un leader politique, Mahmoud Ahmed Abdallah, ont été arrêtés et interrogés. Selon les autorités, ces personnes projetaient de renverser le président et de mettre fin à la présidence tournante entre les trois îles.

Le directeur de cabinet du président Ikililou Dhoinine a convoqué mercredi 24 avril les chefs de partis politiques pour leur donner des explications sur la mystérieuse tentative de déstabilisation déjouée samedi dernier.

D'après ces explications, une quinzaine de personnes ont d'ores et déjà été arrêtées, dont sept mercenaires étrangers parmi lesquels figure un colonel de l'armée congolaise. Au rang des personnes sous les verrous figure aussi un leader de parti, le fils de l'ancien président Abdallah, Mahmoud Ahmed Abdallah, soupçonné d'être le cerveau de cette opération de déstabilisation. Il aurait agi de concert avec un commerçant, fournisseur de l'armée comorienne qui aurait été chargé selon les autorités d'acheter des armes.

Les comploteurs voulaient renverser le président et modifier la Constitution pour mettre fin à la présidence tournante entre les trois îles. Un fonctionnement qui garantit depuis 2001 la stabilité des Comores.

Certains opposants se sont montrés sceptiques face à ces révélations. Ils relèvent que le climat politique est tendu actuellement aux Comores où l'actuel chef de l'Etat et son père spirituel, l'ancien président Sambi ont consommé leur divorce. Ils notent aussi que ce complot déjoué intervient alors que l'ancien homme fort de l'île d'Anjouan, Mohamed Bacar, qui vit en exil au Bénin depuis 2008, a annoncé son retour avant la fin du mois.