Elections en Côte d’Ivoire: les candidats indépendants en tête


©

Les résultats complets des élections municipales et régionales doivent en principe être annoncés ce jeudi 25 avril en Côte d'Ivoire. Le scrutin avait été boycotté par le FPI, le parti de l'ancien président Laurent Gbagbo. D'ores et déjà, les candidats indépendants sont donnés vainqueurs.

Les résultats déjà publiés donnent un net avantage aux candidats qui se sont présentés sans étiquette. Les indépendants ont été élus dans 34 % des communes de Côte d’Ivoire, suivis du Rassemblement des républicains (RDR) du président Alassane Ouattara, avec 30 % des municipalités, et du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) de l’ancien chef de l’Etat Henri Konan Bédié, qui aura désormais la gestion de 23 % des mairies.

Mais cet ordre d’arrivée pourrait rapidement changer et le RDR virer en tête, suivi du PDCI, pour la simple raison que la majorité des indépendants sont issus des deux formations politiques de la coalition au pouvoir. Ils devraient rejoindre leur parti d’origine après leur prise de fonction à la tête des communes.

Déjà largement majoritaire à l’Assemblée nationale issue des législatives de décembre 2011, le RDR confirme ainsi sa domination de la scène politique ivoirienne, un succès qui agace le PDCI.

Ces élections locales ont même été une nouvelle occasion de dissensions entre les deux principaux partis de l’alliance RHDP (Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix), le PDCI enregistrant son deuxième échec consécutif depuis l’arrivée d’Alassane Ouattara au pouvoir.

Quant au Front populaire ivoirien qui a boycotté ces élections locales, son secrétaire général par intérim a déclaré le 24 avril qu’il « ne reconnaîtra pas les résultats de la parodie électorale de dimanche dernier ».

Des candidats admettent leur défaite, d’autres la contestent

Certains candidats ont mordu la poussière dans les circonscriptions qui les avaient pourtant plébiscités lors des législatives de décembre 2011. C'est le cas du député et ex-ministre de l’Intégration africaine, investi par le RDR, Adama Bictogo. Il a été battu par un indépendant à Agboville, à quelques dizaines de kilomètres d’Abidjan. Et c’est l’un des rares qui ait joué franc-jeu. Il a appelé son adversaire pour le féliciter le soir même du scrutin, bien avant que les résultats de la commune ne soient publiés officiellement.

L’autre cas est celui du ministre de l’Enseignement supérieur investi par le RDR dans la commune de Koumassi dans le sud d’Abidjan, où il avait été élu député. Mais Ibrahim Cissé Bacongo ne reconnaît pas sa défaite, face à son adversaire du PDCI. Koumassi fait d’ailleurs partie de la dizaine de communes qui ont connu des incidents postélectoraux, dont le bilan est d’au moins un mort à Adjamé, selon une source policière, et de plusieurs blessés.

Ibrahim Cissé Bacongo va contester les résultats devant la chambre administrative de la Cour suprême. Et dans la grande commune de Yopougon, c’est le candidat du PDCI qui crie à la fraude, face à un concurrent du RDR.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.