Mali: les pressions s'accentuent en vue de la présidentielle - Afrique - RFI

 

  1. 05:34 TU Sessions d'information
  2. 05:37 TU Grand reportage
  3. 05:57 TU Sessions d'information
  4. 06:00 TU Journal
  5. 06:15 TU Sessions d'information
  6. 06:30 TU Journal
  7. 06:40 TU Sessions d'information
  8. 06:50 TU Sessions d'information
  9. 06:58 TU Sessions d'information
  10. 07:00 TU Journal
  11. 07:15 TU Sessions d'information
  12. 07:30 TU Journal
  13. 07:43 TU Sessions d'information
  14. 08:00 TU Journal
  15. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  16. 08:30 TU Journal
  17. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  18. 09:00 TU Journal
  19. 09:10 TU Priorité santé
  20. 09:30 TU Journal
  21. 09:33 TU Priorité santé
  22. 10:00 TU Journal
  23. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  24. 10:30 TU Journal
  25. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  1. 05:30 TU Sessions d'information
  2. 06:00 TU Journal
  3. 06:15 TU Sessions d'information
  4. 06:30 TU Journal
  5. 06:43 TU Sessions d'information
  6. 07:00 TU Journal
  7. 07:15 TU Sessions d'information
  8. 07:30 TU Sessions d'information
  9. 08:00 TU Journal
  10. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  11. 08:30 TU Journal
  12. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  13. 09:00 TU Journal
  14. 09:10 TU Priorité santé
  15. 09:30 TU Journal
  16. 09:33 TU Priorité santé
  17. 10:00 TU Journal
  18. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  19. 10:30 TU Journal
  20. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  21. 11:00 TU Journal
  22. 11:15 TU Sessions d'information
  23. 11:30 TU Journal
  24. 11:33 TU Sessions d'information
  25. 12:00 TU Journal
fermer

Afrique

Mali MNLA Burkina Faso Cédéao France

Mali: les pressions s'accentuent en vue de la présidentielle

media

L'élection présidentielle au Mali est prévue pour le mois de juillet. Selon les autorités maliennes, le scrutin aura lieu sur l'ensemble du territoire, y compris au nord du pays, dans la zone actuellement contrôlée par le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA). La rébellion, de son côté, ne veut pas d'élection tant que des négociations n'auront pas été ouvertes avec Bamako. Et de part et d'autres, des bruits de bottes se font entendre.

Si les deux protagonistes affichent des positions intransigeantes et apparemment inconciliables, la communauté internationale les met en garde contre un possible retour à l'affrontement.

L'armée malienne, soutenue par son opinion publique affirme être prête à en découdre. Il en est de même du côté du MNLA. Mais les pays africains et la France, présents militairement au Mali, souhaitent une solution négociée, estimant qu'il s'agit désormais d'un problème politique qui doit être réglé autour d'une table de négociation.

Compromis

Le Burkina Faso, médiateur officiel de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), maintient le contact. Bamako aurait donné un accord de principe à des discussions, mais sans rien de concret. La Commission dialogue et réconciliation qui vient d'être installée, pourrait jouer un rôle.

C'est le souhait exprimé également avec beaucoup de fermeté par le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, favorable à l'ouverture d'un dialogue « le plus vite possible », de façon à organiser les élections comme prévu en juillet.

Des compromis peuvent être trouvés de part et d'autres, estime un diplomate : au lieu d'un désarmement, que le MNLA rejette, pourquoi pas d'abord un « cantonnement » ? Au lieu de négociations directes rejetées par Bamako, pourquoi pas des discussions élargies ?

Si comme Paris le souhaite, l'élection doit avoir lieu en juillet, il y a urgence. Un report n'est envisagé que du bout des lèvres, par certains diplomates.

Néanmoins, de plus en plus de voix s'élèvent, en émettant des doutes sur la possibilité de tenir les délais. Outre des partis politiques maliens, des doutes surgissent du côté de deux structures maliennes chargées d'organiser le scrutin avec le ministère malien de l'administration territoriale.

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) a estimé que la date du 7 juillet pour le premier tour de l'élection du président de la République était une date difficile à tenir, parce que nous estimons que certains préalables ne sont pas encore satisfaits (Mamadou Diamoutani, président de la Céni).
Les doutes s'accentuent sur la tenue d'un scrutin en juillet 11/10/2013 - par Serge Daniel écouter

 

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.