Explosions de Mpila: l'Union européenne déconseille un relogement dans l'immédiat

Des habitants déménagent leurs affaires après une série d'explosions qui a détruit des maisons et des bâtiments à Mpila, un quartier de Brazzaville, le 5 mars 2012.
© REUTERS/Jonny Hogg

Un important travail a été effectué, selon l'Union européenne, après les explosions du 4 mars 2012 dans le quartier de Mpila à Brazzaville. Dans un rapport rendu public ce mercredi 24 avril 2013, l'UE révèle en effet « qu' une surface d'environ 145 hectares a été dépolluée et plus de 2 millions et demi de munitions qui n'avaient pas explosé ont été neutralisées ». Mais l'organisation affirme également que le gouvernement ne doit pas construire dans l'immédiat des habitations dans le quartier, « dans un souci de sécurité de la population »

Les quelques centaines de sinistrés et ceux en détresse qui espéraient un retour rapide dans leur quartier de Mpila devront cependant encore patienter, et ceux qui y sont retournés dans la précipitation ne sont pas à l'abri d'une nouvelle explosion qui pourrait souffler leur maison. C'est en tout cas, les conclusions d'un rapport de l'Union européenne, publié mercredi.

Munitions en profondeur

L'organisation affirme que des « munitions subsistent en profondeur et pourraient représenter un danger, compte tenu des fondations nécessaires dans la construction de bâtiments (...) Dans un souci de sécurité de la population, l'instance européenne appelle donc le gouvernement congolais à procéder à une nouvelle réévaluation des risques afin de les lever définitivement ».

Une recommandation qui ne peut qu'être prise en compte car la sécurité n'a pas de prix, mais qui retardera l'un des projets phares du gouvernement. Celui-ci voulait conjurer cette date du 4 mars 2012 où Brazzaville a failli être rayée de la carte, en construisant et en réhabilitant quelque 900 habitations dans Mpila.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.