Tunisie : le doyen de la faculté des lettres de la Manouba acquitté

Le doyen de la faculté des lettres de Manouba, Habid Kazdaghli, après son acquittement, le 2 mai 2013.
© AFP PHOTO / FETHI BELAID

En Tunisie, l'affaire avait fait grand bruit dans le pays, suscitant des divisions entre laïcs et islamistes. Le doyen de la faculté des lettres de Manouba, près de Tunis, Habib Kazdaghli, a été acquitté, jeudi 2 mai. Il avait été accusé d'avoir agressé deux étudiantes portant le niqab en mars 2012. Les plaignantes ont été, elles, condamnées à deux mois de prison avec sursis. C'est une affaire qui a pris beaucoup d'ampleur en Tunisie.

Le procès du doyen de la faculté des lettres de la Manouba, c'était un dossier emblématique du bras de fer entre laïcs et islamistes en Tunisie. Habib Kazdaghli était poursuivi par deux étudiantes portant le niqab qui avaient mis à sac son bureau. L'une d'elle avait été exclue de la faculté pour avoir porté le voile intégral en cours et elle accusait le doyen de l'avoir giflée.

Au terme de ce long procès, le doyen a finalement été acquitté et les deux étudiantes ont été condamnées pour atteinte aux biens d'autrui et préjudice à un fonctionnaire dans l'exercice de ses fonctions. Habib Kazdaghli risquait jusqu'à cinq ans de prison pour « acte de violence commis par un fonctionnaire ».

Habib Kazdaghli se dit soulagé et heureux qu'à travers ce dossier la justice ait été rendue à l'université et à tous ceux qui croient à une Tunisie moderne.

Je suis ravi du rôle joué par les magistrats qui ont pris le parti de la justice […]. Cela veut aussi dire que la lutte pour l’état de droit est possible.
Habib Kazdaghli
11-10-2013 - Par Sarah Tisseyre