Journée mondiale de la liberté de la presse: encore des progrès à faire

Hong Kong, affrontement entre journalistes et la police, 26 septembre 2012.
©

Cette année, la Journée mondiale de la liberté de la presse fête ce vendredi 3 mai ses vingt ans. Depuis 1993, elle est l'occasion de célébrer ce principe fondamental et de défendre l'indépendance des médias, mais aussi de faire le bilan de l’évolution de la liberté de la presse à travers le monde. Et comme chaque année, l'organisation Reporters sans frontières publie son classement mondial des pays respectueux de la liberté de presse et ceux considérés comme « des prédateurs de la liberté d'informer, responsables des pires exactions contre les médias et leurs représentants».

Comme chaque année, l'organisation Reporters sans frontières pointe méticuleusement les bons et les mauvais élèves en matière de liberté de la presse.

En tête du classement 2013, se trouvent les mêmes pays que l'année dernière, la Finlande, les Pays-Bas et la Norvège, tous trois particulièrement respectueux de la liberté de la presse. Le bas du classement n'a pas changé non plus avec trois pays dictatoriaux : le Turkménistan, la Corée du Nord et l'Erythrée. Ce pays occupe la 179e et dernière place.

Cette liste montre surtout que des catastrophes majeures ou une soudaine instabilité politique placent les journalistes au centre des tensions qui en résultent. Comme au Japon par exemple, qui a perdu 31 points au classement, à cause de l'accès à l'information quasi impossible qui a suivi la catastrophe de Fukushima. Ou encore au Paraguay, en perte de 11 points après le coup d'Etat parlementaire qui a fortement impacté le secteur audiovisuel public.

Depuis le début de cette année, 19 journalistes ont perdu la vie dans l'exercice de leur profession, dont 8 rien qu'en Syrie, et 174 journalistes sont actuellement emprisonnés à travers le monde.


En Syrie, où l'accès à l'information sur le conflit est limité, ce sont souvent des journalistes-citoyens qui se chargent de fournir les nouvelles du conflit. Ils sont parfois visés délibérément, car ils sont en première ligne. C'est le cas de Marwan à Alep.

Nous allons sur le terrain par nos propres moyens. Nous sommes indépendants des autres médias, des partis politiques... Nous sommes en relation avec l'Armée libre, et quand un évènement se déroule, nous sommes les premiers sur place.
Marwan, journaliste-citoyen à Alep
11-10-2013 - Par Aabla Jounaïdi

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.