Le Sénégal et le Tchad signent un accord de coopération judiciaire pour le procès d'Hissène Habré

Aminata Touré, la ministre sénégalaise de la Justice, le 19 décembre 2012 à Dakar, lors d'un débat au Parlement sur le procés d'Hissène Habré
© AFP PHOTO / SEYLLOU

Nouvelle étape dans l'affaire Hissène Habré. Le Sénégal et le Tchad ont signé, hier vendredi 3 mai, un accord de coopération judiciaire en vue du procès contre l’ancien président tchadien Hissène Habré. Celui-ci vit en exil depuis 1990 et est accusé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Cet accord, conclu à Dakar, devrait permettre de faciliter la phase d'enquête entamée il y a tout juste trois mois.

L'axe essentiel de ce texte est de permettre, notamment au procureur spécial et au magistrat, de se rendre au Tchad et d’y mener des enquêtes dans le procès d'Hissène Habré, l'ex-dictateur tchadien. Cet acte, conclu ce vendredi, facilitera donc le travail d’instruction entamé le 8 février dernier par le tribunal spécial à Dakar.

Côté sénégalais, c'est la ministre de la Justice qui s'est exprimée, saluant ce texte d'un : « Il est heureux que cet accord ait été signé aujourd'hui. »

« Nous n’avons rien à cacher »

Le Tchad, qui finance le procès à hauteur de deux milliards de francs CFA, assure mettre à disposition tous les documents et personnes-ressources, susceptibles d’aider le travail d’enquête du procureur.

« Nous n’avons rien à cacher, affirme Jean-Bernard Padaré, le ministre tchadien de la Justice. Tous ceux qui peuvent être, de près ou de loin, utiles à la manifestation de la vérité dans cette affaire, se mettront à la disposition du procureur général ou bien des équipes d’enquête. Donc effectivement, l’actuel chef de l’Etat se mettra à disposition, si le besoin se fait sentir. »

Quatre magistrats sénégalais conduisent la phase d’instruction qui devrait au total durer quinze mois.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.