Madagascar: devant les accusations, la Cour électorale spéciale tente de s'expliquer - Afrique - RFI

 

  1. 04:15 TU Sessions d'information
  2. 04:30 TU Journal
  3. 04:33 TU Sessions d'information
  4. 04:40 TU LA DANSE DES MOTS 2
  5. 05:00 TU Journal
  6. 05:15 TU Sessions d'information
  7. 05:30 TU Journal
  8. 05:33 TU Sessions d'information
  9. 05:40 TU Grand reportage
  10. 06:00 TU Journal
  11. 06:15 TU Sessions d'information
  12. 06:30 TU Journal
  13. 06:40 TU Sessions d'information
  14. 07:00 TU Journal
  15. 07:15 TU Sessions d'information
  16. 07:30 TU Journal
  17. 07:43 TU Sessions d'information
  18. 08:00 TU Journal
  19. 08:10 TU Religions du monde
  20. 08:30 TU Journal
  21. 08:33 TU Religions du monde
  22. 09:00 TU Journal
  23. 09:10 TU La marche du monde
  24. 09:30 TU Journal
  25. 09:33 TU La marche du monde
  1. 04:15 TU Sessions d'information
  2. 04:30 TU Sessions d'information
  3. 05:00 TU Journal
  4. 05:15 TU Sessions d'information
  5. 05:30 TU Sessions d'information
  6. 06:00 TU Journal
  7. 06:15 TU Sessions d'information
  8. 06:30 TU Journal
  9. 06:43 TU Sessions d'information
  10. 07:00 TU Journal
  11. 07:15 TU Sessions d'information
  12. 07:30 TU Sessions d'information
  13. 08:00 TU Journal
  14. 08:10 TU Le débat africain
  15. 08:30 TU Journal
  16. 08:40 TU Le débat africain
  17. 09:00 TU Journal
  18. 09:10 TU Religions du monde
  19. 09:30 TU Journal
  20. 09:33 TU Religions du monde
  21. 10:00 TU Journal
  22. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT D 1
  23. 10:30 TU Journal
  24. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT D 2
  25. 11:00 TU Journal

Dernières infos

  • Elections au Botswana: le président Ian Khama réélu pour un second mandat
fermer

Afrique

Andry Rajoelina Madagascar Marc Ravalomanana

Madagascar: devant les accusations, la Cour électorale spéciale tente de s'expliquer

media

A Madagascar, face au tollé qu’elle a provoqué, la Cour électorale spéciale a tenté de justifier ses décisions. La CES a en effet accepté les candidatures de la femme de Marc Ravalomanana, Lalao, et de l’ancien président Didier Ratsiraka alors qu’ils ne résidaient pas depuis six mois sur la Grande île, ce qu’exige pourtant la loi. Surtout, elle a validé la candidature hors délai d’Andry Rajoelina à la présidentielle.

Avec notre correspondante à Antananarivo, Anna Sylvestre

La Cour électorale spéciale a fait ces choix au nom de l'apaisement. « En temps de crise, écrit-elle dans un communiqué, la seule solution est une élection où tous participent librement ».

Elle dit avoir entendu les arguments de Lalao Ravalomanana et Didier Ratsiraka. Leur absence n’est pas de leur fait, a-t-elle retenu. Ils étaient en exil. Quant à Andry Rajoelina il a livré un mot d’excuse, dit-elle. Son retard a donc été oublié, la violation de la loi, effacée.

Autant de justifications qui ne convainquent pas le président du syndicat des magistrats : « C'est sûr que la crédibilité de la CES a été entachée voire même descendue au-dessous du niveau zéro. On a demandé la dissolution de la CES ».

Les appels à la démission des membres de la CES continuent à se multiplier. Certains partis politiques et des organisations de la société civile dénoncent un organe corrompu, une instance qui pourrait décrédibiliser tout le processus électoral. La Cour électorale spéciale est chargée de valider et proclamer les résultats des élections.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.