Le Kenya demande l'abandon des poursuites de la CPI contre son président - Afrique - RFI

 

  1. 05:30 TU Journal
  2. 05:40 TU Sessions d'information
  3. 05:50 TU Sessions d'information
  4. 05:58 TU Sessions d'information
  5. 06:00 TU Journal
  6. 06:15 TU Sessions d'information
  7. 06:30 TU Journal
  8. 06:43 TU Sessions d'information
  9. 07:00 TU Journal
  10. 07:15 TU Sessions d'information
  11. 07:30 TU Journal
  12. 07:40 TU Grand reportage
  13. 08:00 TU Journal
  14. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  15. 08:30 TU Journal
  16. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  17. 09:00 TU Journal
  18. 09:10 TU Priorité santé
  19. 09:30 TU Journal
  20. 09:33 TU Priorité santé
  21. 10:00 TU Journal
  22. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  23. 10:30 TU Journal
  24. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  25. 11:00 TU Journal
  1. 05:30 TU Sessions d'information
  2. 06:00 TU Journal
  3. 06:15 TU Sessions d'information
  4. 06:30 TU Journal
  5. 06:43 TU Sessions d'information
  6. 07:00 TU Journal
  7. 07:15 TU Sessions d'information
  8. 07:30 TU Sessions d'information
  9. 08:00 TU Journal
  10. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  11. 08:30 TU Journal
  12. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  13. 09:00 TU Journal
  14. 09:10 TU Priorité santé
  15. 09:30 TU Journal
  16. 09:33 TU Priorité santé
  17. 10:00 TU Journal
  18. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  19. 10:30 TU Journal
  20. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  21. 11:00 TU Journal
  22. 11:15 TU Sessions d'information
  23. 11:30 TU Journal
  24. 11:33 TU Sessions d'information
  25. 12:00 TU Journal
fermer

Afrique

Justice internationale Kenya Uhuru Kenyatta

Le Kenya demande l'abandon des poursuites de la CPI contre son président

media

Le Kenya demande au Conseil de sécurité de l'ONU que les accusations de la Cour pénale internationale (CPI) contre les trois Kényans dans les violences post-électorales de 2007-2008, dont le président Uhuru Kenyatta et son vice-président William Ruto, soient abandonnées. Le représentant kényan à l’ONU affirme que ces procédures sont une menace pour la sécurité et la stabilité du pays. Le président Uhuru Kenyatta a été reçu avec tous les honneurs à Londres il y a quelques jours lors d’une conférence des donateurs sur la Somalie.

La Cour pénale est accusée de partialité et de manipuler différents acteurs, dans la lettre qui a été envoyée aux Nations unies. L’argument : le Kenya a adopté une Constitution qui implique une réforme de la justice, le pays peut donc trouver une solution localement.

La requête est adressée au Conseil de sécurité, qui peut suspendre les procédures pendant une année, mais ne peut pas contraindre la CPI à les abandonner, comme le souligne notamment l’avocat de William Ruto. Celui-ci affirme que cette lettre ne reflète pas la politique du gouvernement.

Intimidation des témoins

Depuis trois ans, le Kenya multiplie les démarches pour mettre fin aux poursuites : une première lettre au Conseil de sécurité en février 2011, le mois suivant à la CPI, et un tour des pays africains pour rallier l’Union africaine à sa cause, sans succès.

La procureure Fatou Bensouda a récemment affirmé que l’intimidation des témoins au Kenya avait atteint un niveau sans précédent, la contraignant à abandonner les poursuites contre Francis Muthaura, le co-accusé de Uhuru Kenyatta.

Certains observateurs craignent qu’avec l’arrivée de Uhuru Kenyatta et William Ruto au pouvoir, le dossier d’accusation, qui repose principalement sur des témoins et non des preuves matérielles, soit de plus en plus fragile.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.