Madagascar : l'indépendance de la Cour électorale remise en cause


©

Face aux critiques, la Cour électorale spéciale tente de justifier ses décisions. Elle a accepté trois candidatures à la présidentielle en dépit du code électoral. Celle de l'ancien président Didier Ratsiraka et celle de Lalao Ravalomanana, l'épouse de l'ex-chef d'Etat en exil. Pourtant tous deux n'ont pas résidé dans le pays durant les six derniers mois comme l'exige la législation. Autre candidature polémique, celle d'Andry Rajoelina : le chef de la transition, acteur majeur de la crise, qui a déposé son dossier après le délai alors qu'il avait promis de ne pas se présenter.

C'est devant une salle comble que le tirage au sort s'est déroulé. Membres de la communauté internationale, les candidats ou leurs représentants, presque tous étaient là. Dans l'assistance, une seule chaise vide, celle d'Edgard Razafindravahy.

Le candidat du TGV (Tanora malaGasy Vonona, « jeunes Malgaches prêts »), qui selon des sources diplomatiques, aurait choisi de se désister au profit du fondateur de son parti, Andry Rajoelina. Le candidat surprise à la présidentielle, dont le nom se retrouvera au beau milieu du bulletin unique. Le numéro 29.  Un rang qui ne semble pas être le meilleur, mais qui n'inquiète pas le conseiller du président de la transition :  « En termes de matraquage, si vous dites à vos électeurs que seul le numéro 29 est gagnant, il gagnera ».

Et pourtant, la principale rivale d'Andry Rajoelina semble mieux placée. Hasard du tirage au sort, Lalao Ravalomanana figurera tout en haut du bulletin, en deuxième position. Hanitra Razafimanantsoa, une de ses proches, déclare : « Nous sommes très contents. Nous avons prié pour qu'elle soit devant les autres candidats. La victoire, on y croit ».

Déception ? Satisfaction ? De toute manière, désormais, les candidats semblent bien tournés vers l'élection.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.