Nigeria: la secte Ombatse tend une embuscade mortelle à la police

Au moins 23 policiers nigérians ont été tués par des membres de la mystérieuse secte Ombatse.
© Reuters/Akintunde Akinleye

Des membres de la mystérieuse secte Ombatse ont tendu une embuscade à un groupe de 60 policiers, dans l’Etat de Nasarawa, au centre du Nigeria. Au moins 30 agents de police ont été tués. L’embuscade s’est produite mardi mais les autorités ne l’ont annoncée que ce jeudi 9 mai.

Un responsable de l’administration régionale affirme qu’une soixantaine de policiers s'étaient rendus dans le village d’Elakyo pour arrêter des membres de la secte Ombatse qui procédaient à des conversions forcées. C’est à ce moment-là qu’ils sont tombés dans une embuscade, faisant, selon les bilans, entre 23 et 46 morts. On ne sait pas s'il y a des victimes civiles.

La secte Ombtase n'a rien à voir avec les mouvements intégristes musulmans du Nord et de l'Est du Nigeria. Il s'agit de mystiques païens appartenant à cette secte, dont le nom signifie « Le temps est venu », et qui s’est donnée pour mission de purifier la société, de la purger ce certains vices, notamment l'alcool, le tabac ou encore l'adultère. La secte Ombatse est apparue il y a quelques années dans l'ethnie Eggon, présente dans cet Etat central de Nasarawa, tout près d'Abuja.

En plus de se présenter comme des pourfendeurs du vice, les membres d'Ombatse font parfois le coup de feu contre les autres ethnies pour défendre les Eggon.

En novembre dernier - déjà au cours d'une intervention des forces de l'ordre - trois policiers avaient été tués et des membres de la secte s'en étaient pris ensuite à un autre groupe ethnique, incendiant des habitations, et provoquant la mort d’une dizaine de personnes.

Une secte terroriste

C’est la première fois que cette secte – qui regrouperait une cinquantaine de groupuscules - fait autant de victimes. Joint par RFI, Guillaume Saint-Etienne, analyste sur l’Afrique subsaharienne pour Germap Consulting, explique que depuis quelques mois – essentiellement depuis le mois d'avril – le groupe s’est progressivement radicalisé.

« Son modus opérant de recrutement de la population est devenu, progressivement, un recrutement forcé, des jeunes hommes principalement », précise Guillaume Saint-Etienne qui ajoute que, depuis que les membres de la secte ont été chassés de leurs principaux fiefs, c’est devenu « un véritable jeu du chat et de la souris entre les leaders du groupe et les forces de sécurité ».

Ils se sont alors progressivement et lourdement armés et c’est à partir de ce moment là que le gouvernement fédéral les ont décrit comme des terroristes et traité comme tels.

Eclairage sur la secte Ombatse

« Ombatse » signifie « le temps est venu ». Cette secte n'est ni musulmane, ni chrétienne, elle est mystique, païenne, et s'est donné pour mission de lutter contre le vice en chassant de la société notamment l'alcool, le tabac, l'adultère, la fornication et autre.

C'est une secte secrète qui est apparue il y a quelques années dans l'État central de Nassarawa, près de la capitale fédérale Abuja. Ses membres sont exclusivement de l'ethnie Eggon. On sait peu de choses de ses rites, si ce n'est que le feu semble y avoir une certaine importance. Les membres de cette secte n'hésitent pas à brûler les maisons de ceux qu'ils combattent.

Depuis un peu plus d'un an, le mouvement s'est radicalisé. Il s'est fortement armé. Il se pose en défenseur des Eggons et s'en prend aux autres ethnies. Il procède à des conversions forcées parmi les jeunes gens, ce qui lui met à dos une bonne partie de la population. Ses membres n'hésitent pas à menacer, voire à tuer ceux qu'ils considèrent comme leurs adversaires, en particulier les chefs traditionnels et les forces de l'ordre.

La police les considère désormais comme des terroristes. Le gouverneur de l'État de Nassawara estime que cette radicalisation aurait été poussée par certains hommes politiques ambitieux.

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.