La France préoccupée par les récentes arrestations au Tchad

Le président français François Hollande.
© REUTERS/Patrick Kovarik/Pool

La France s'est dite, ce lundi 13 mai, préoccupée par les récentes arrestations au Tchad. Une dizaine de personnalités - civils et militaires - ont été arrêtées dans le cadre du complot présumé, dénoncé par les autorités, mais aussi des journalistes. Les personnes mises en cause doivent pouvoir, dit encore le communiqué du Quai d'Orsay, se défendre et bénéficier de la présomption d'innocence. La France est visiblement très embarrassée par ces derniers événements.

Il y a d'abord eu ces informations qui ont filtré dans la presse. L'armée tchadienne serait invitée cette année pour le défilé du 14-Juillet. Pas de confirmation, ni d'infirmation du côté de l'Elysée. Serval sera à l'honneur, mais c'est vrai qu'on réfléchit à l'idée de faire venir des troupes de la Misma (Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine). « Je ne sais pas pourquoi tout le monde se focalise sur le Tchad », dit un responsable français. Peut-être parce depuis le 1er mai, après l'annonce d'une tentative de déstabilisation, le gouvernement tchadien a procédé à une vague d'arrestations. Des arrestations de personnalités politiques et des journalistes dénoncées par les organisations de défense des droits de l'homme.

Interrogé sur le sujet, François Hollande a déclaré vendredi : « Le Tchad a joué un rôle important dans l’intervention au Mali et je l’ai plusieurs fois salué. Mais pour autant, les règles que nous posons, les principes qui sont les nôtres, doivent être respectés, partout, y compris au Tchad. »

« Des principes ? Lesquels ? », avait raillé le lendemain le journal Le Monde dans son éditorial du week-end, ajoutant - assassin - que « le silence est un début de complicité ». C'est peut-être ce qui a obligé le Quai d'Orsay à préciser un peu sa position. Un appel au respect des droits de la défense et de la présomption d'innocence. Quatre lignes au bas du point de presse électronique sur le site du ministère français.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.