Maroc : le retrait de l'Istiqlal du gouvernement n'est pas définitif - Afrique - RFI

 

  1. 00:00 TU Journal
  2. 00:10 TU Priorité santé
  3. 00:30 TU Journal
  4. 00:33 TU Priorité santé
  5. 01:00 TU Journal
  6. 01:10 TU 7 milliards de voisins
  7. 01:30 TU Journal
  8. 01:33 TU 7 milliards de voisins
  9. 02:00 TU Journal
  10. 02:10 TU Couleurs tropicales
  11. 02:30 TU Journal
  12. 02:33 TU Couleurs tropicales
  13. 03:00 TU Journal
  14. 03:15 TU Sessions d'information
  15. 03:30 TU Journal
  16. 03:33 TU Sessions d'information
  17. 03:40 TU Accents d'Europe
  18. 04:00 TU Journal
  19. 04:15 TU Sessions d'information
  20. 04:30 TU Journal
  21. 04:33 TU Sessions d'information
  22. 04:40 TU Grand reportage
  23. 05:00 TU Journal
  24. 05:15 TU Sessions d'information
  25. 05:30 TU Journal
  1. 00:00 TU Journal
  2. 00:10 TU Priorité santé
  3. 00:30 TU Journal
  4. 00:33 TU Priorité santé
  5. 01:00 TU Journal
  6. 01:10 TU 7 milliards de voisins
  7. 01:30 TU Journal
  8. 01:33 TU 7 milliards de voisins
  9. 02:00 TU Journal
  10. 02:10 TU Couleurs tropicales
  11. 02:30 TU Journal
  12. 02:33 TU Couleurs tropicales
  13. 03:00 TU Journal
  14. 03:15 TU Sessions d'information
  15. 03:30 TU Sessions d'information
  16. 04:00 TU Journal
  17. 04:15 TU Sessions d'information
  18. 04:30 TU Sessions d'information
  19. 05:00 TU Journal
  20. 05:15 TU Sessions d'information
  21. 05:30 TU Sessions d'information
  22. 06:00 TU Journal
  23. 06:15 TU Sessions d'information
  24. 06:30 TU Journal
  25. 06:43 TU Sessions d'information
fermer

Afrique

Maroc Mohammed VI

Maroc : le retrait de l'Istiqlal du gouvernement n'est pas définitif

media

Le Maroc retient son souffle. Après l’annonce de son retrait du gouvernement par le principal allié du parti islamiste au pouvoir samedi, le roi Mohammed VI a demandé au parti de l’Istiqlal de rester au gouvernement pour éviter une crise politique majeure. L’Istiqlal doit maintenant donner sa décision finale dans les jours qui viennent. Pour le moment, rien n'est encore définitif, et plusieurs options sont sur la table.

Après le chahut des dernières vingt-quatre heures, devrait suivre une étape plus politique. Tout le monde attend désormais la décision finale du comité exécutif de l’Istiqlal. Se retirer ou non de la coalition gouvernementale ? C’est au bureau politique que revient le dernier mot

Mais après l’intervention du roi Mohammed VI et sa demande que l’Istiqlal reste au gouvernement, le parti devrait tenter de négocier une sortie de crise avec son partenaire islamiste plutôt que d’aller au clash.

En clair, obtenir que le PJD accepte un remaniement ministériel et que de nouvelles têtes plus proches du nouveau chef de l’Istiqlal deviennent ministres comme elle le demande depuis des semaines

Reste à savoir si le Premier ministre, Abdelilah Benkirane va accorder ce qu’il a refusé jusque là. C’est en tout cas un chef de gouvernement désormais sous pression, depuis que le roi lui-même a appelé à l’apaisement et à une solution négociée.

Le parti islamiste devrait se réunir à partir de demain. Il a déjà d’ores et déjà annoncé qu’il ne prendrait aucune décision avant le retour au Maroc du roi Mohamed VI, actuellement en voyage. Et qui risque fort d’être l’arbitre final dans cette crise politique.

L'Istiqlal affirme ne pas jouer la surenchère pour négocier des postes supplémentaires. Malgré l'appel du roi, le parti a décidé de maintenir sa décision mais ne ferme aucune porte. Taoufik Héjira, président du Conseil national du parti s'en explique.

Ce n'est pas un moyen de moyen de pression pour négocier autrement.
Taoufik Hejira Président du conseil national du parti 11/10/2013 - par Ghislaine Dupont écouter

 

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.