Nigeria: cinq ans de prison pour un Iranien coupable de trafic d’armes

L'Iranien Azim Aghajani lors de son procès devant la Haute cour fédérale à Lagos, le 13 mai 2013.
© AFPPHOTO/PIUS UTOMI EKPEI

Au Nigeria, un Iranien a écopé de cinq ans de prison. Devant la Haute Cour fédérale du Nigéria, Azim Aghajani a été jugé coupable, lundi 13 mai, d'importation illégale d'armes. Même chose pour un complice nigérian. L'affaire remonte à 2010, quand une cargaison d'armes avait été interceptée au port de Lagos.

Voilà bientôt trois ans qu'Azim Aghajani a été arrêté au Nigéria. Devant la Haute Cour fédérale, il a été présenté comme un membre des gardiens de la Révolution iranienne. Lui-même nie, affirmant n'être qu'un homme d'affaires de Téhéran.

Il avait été interpellé en 2010 au sujet de 13 conteneurs transportés par navire depuis l'Iran et saisis au port de Lagos. Interrogé par les douanes, Azim Aghajani prétendait alors qu'ils ne contenaient que des matériaux de construction. Mais les services de sécurité avaient découvert, cachée au milieu, une grosse cargaison d'armes, des roquettes et des grenades entre autres.

Des armes vers la Gambie

L’affaire, à l'époque, avait fait grand bruit et alimenté les spéculations, l'Iran étant sous le coup de sanctions de l'ONU lui interdisant notamment de vendre des armes. L'enquête avait ensuite révélé que l'armement devait être acheminé jusqu'en Gambie. Une révélation qui avait jeté un froid, non seulement entre Banjul et Téhéran, mais aussi entre le Sénégal et l'Iran, Dakar estimant que ces armes étaient à terme destinées aux rebelles casamançais du MFDC (Mouvement des Forces démocratiques de Casamance).

En attendant, c'est donc au Nigeria qu'Azim Aghajani a été jugé. Avec un complice nigérian, il a été condamné hier à cinq ans de prison pour importation illégale d'armes, une peine qu'ils ont déjà purgée pour moitié.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.