Soudans: Juba et Khartoum s'accusent mutuellement, la tension remonte

Le président du Sud-Soudan Salva Kiir (D) lors de sa rencontre avec son homologue soudanais Omar el-Béchir, le 12 avril 2013 à Juba.
© Reuters

Le ton monte à nouveau ces derniers jours entre les deux Soudan. Khartoum a accusé une nouvelle fois Juba d'être derrière les rebelles qui se battent dans le Darfour, l'Etat du Nil Bleu et le Sud-Kordofan. Juba met en cause son voisin du nord dans la mort d'un important chef traditionnel au début du mois de mai.

Après une brève embellie, les relations entre les deux Soudan vont-elles à nouveau se dégrader ? Juba et Khartoum se lancent en tout cas depuis plusieurs jours des accusations qui contrastent avec les propos apaisants échangés le 12 avril par les deux présidents.

Ce week-end, les services de sécurité du nord ont accusé le Soudan du Sud d’avoir fourni un grand nombre de véhicules 4x4 aux rebelles du Mouvement de libération des peuples du Soudan (SPLM-Nord), du Mouvement pour la justice et l'égalité (MJE) et du Mouvement de libération du Soudan (MLS). Ils ont aussi affirmé que le Soudan du Sud fournissait des munitions, du carburant et de l’entraînement aux rebelles dans différents camps de l’Etat d’Unité.

Le gouvernement sudiste dément : « Nous avons dit et répété que le Soudan du Sud ne fournissait aucune aide à aucun rebelle », a déclaré à la presse le ministre de l’Information sud-soudanais, qui accuse Khartoum de lancer ces accusations pour faire oublier sa responsabilité dans la mort d’un chef traditionnel Dinka de la région disputée d’Abyei.

Le meurtre de Kuol Deng Majok, tué lors de l'attaque de son convoi par des nomades arabes Misseriya, a provoqué une forte émotion à Juba. Le président du Soudan du Sud, Salva Kiir, a mis en garde son homologue du nord, Omar el-Béchir, disant qu’il le tiendrait pour responsable s’il échouait à arrêter les criminels et à les faire juger.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.