En Algérie, deux quotidiens censurés pour avoir évoqué l'état de santé du président Bouteflika

Abdelaziz Bouteflika a été admis à l’Hôpital du Val-de-Grâce, à Paris, le samedi 27 avril 2013.
© REUTERS/Louafi Larbi

En Algérie, deux quotidiens d’information n’ont pas pu sortir ce dimanche 19 mai 2013. Les deux publications ont été bloquées à l’imprimerie, samedi soir, à cause d’un dossier sur la santé du président Abdelaziz Bouteflika, hospitalisé en France.

Samedi vers 17 heures, les rédactions de Mon Journal et de Djaridati envoient la version finale de leur publication à l’imprimerie. L’imprimerie est étatique. Les deux journaux appartiennent au même homme, Hicham Aboud, un proche des services de sécurité. Leurs informations sont donc similaires. L’un est en français, l’autre en arabe.

Un profond coma ?

C’est l’imprimeur qui remarque un dossier spécial sur la santé du président algérien. Les journalistes écrivent que l’état de santé d’Abdelaziz Bouteflika s’est détérioré et qu’il serait dans un profond coma qui pourrait durer des semaines. Selon eux, le président est rentré à Alger dans des conditions très particulières.

L’imprimeur alerte le ministère de la Communication. Hicham Aboud reçoit alors un coup de fil du ministère. On lui demande de retirer les dossiers concernant le président pour que les journaux puissent être imprimés. Le propriétaire refuse. Il dit qu’il n’accepte pas de s’autocensurer. C’est aussi impossible techniquement de supprimer deux pages au dernier moment selon lui.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.