Cinquième jour de l'opération de l'armée nigériane contre Boko Haram

Soldats nigérians dans le village de Baga (Etat de Borno).
© REUTERS/Tim Cocks

Au Nigeria, l'offensive de l'armée contre les fiefs de Boko Haram entre ce dimanche 19 mai dans son cinquième jour. Les assauts visent à reconquérir les zones du nord-est du pays, passées sous le contrôle des insurgés islamistes et notamment ce que l'armée présente comme des camps d'entraînement de Boko Haram. Mais très peu de détails remontent sur les opérations en cours. L'armée a annoncé l'arrestation de 65 personnes, des « terroristes » selon un porte-parole.

Sur place, dans le nord-est du Nigeria, les lignes téléphoniques sont coupées, et, du coup, il est très difficile de savoir vraiment ce qu'il s'y passe. Samedi, les forces gouvernementales ont décrété un couvre feu intégral dans douze quartiers de la ville de Maiduguri, la capitale de l'Etat de Borno, fief de Boko Haram.

Arrestations

C'est dans cette même ville qu'en 2009, année de la dernière grande offensive des forces nigérianes, 800 islamistes avaient été tués, dont leur chef, Mohammed Yusuf. Le 18 mai, des opérations multiples ont été menées dans le nord-est du pays. Une source militaire parle d'un hélicoptère nigérian touché, mais sans faire de victimes.

Le porte-parole de l'armée, Chris Oloukoladé, annonce de son côté l'arrestation de 65 personnes, des « terroristes », dit-il, qui tentaient de fuir les camps islamistes.

Une seule chose est sûre, les combats ont provoqué les premiers déplacements de population : notamment à Marte, toujours dans l'Etat de Borno où les habitants disent entendre des explosions et craindre des pénuries. Plusieurs de ces personnes ont pris la route, elles sont parties se réfugier au Cameroun voisin.

Il n'y a aucun doute. Boko Haram possède ses propres camps d'entraînement.

Hussain Monguso, consultant en sécurité, ancien militaire nigérian
19-05-2013 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.