Republier
Mujao Niger

Attentats au Niger: les intérêts français en Afrique de l’Ouest sont «des cibles prioritaires»


©

Le Niger a été la cible d’un double attentat revendiqué par le Mujao, ce jeudi 23 mai. A Agadez, une voiture piégée a explosé devant l’entrée du principal camp militaire. Un autre véhicule piégé a sauté devant une mine d’uranium de la Somaïr, filiale du groupe français Areva. Pour Alain Rodier, directeur de recherche au Centre français de recherche sur le renseignement, chargé du terrorisme et de la criminalité organisée, si c’est le Niger qui a été touché, la France a également été directement visée.

RFI : Les Nigériens ont été les premiers à défendre l’idée d’une intervention au Mali. Aujourd'hui, le Niger ne paie-t-ilpas cet engagement militaire sur le terrain ?

Alain Rodier : Certainement. Maintenant, al-Qaïda au Maghreb islamique, et même -allons plus loin- al-Qaïda central, en veut beaucoup à la France pour l’action au Mali. Nous sommes une cible prioritaire. Les éléments d’Aqmi et des mouvements affiliés qui se sont répandus dans la zone après l’intervention passent à la contre-attaque.

Le Niger se savait menacé. Il disait craindre des menaces, notamment du Sud libyen. C’est de là qu’ont pu arriver les combattants du Mujao selon vous ?

Il ne fait aucun doute que des camps d’Aqmi et d’autres salafistes sont installés dans le Sud libyen, qui est totalement incontrôlé par le pouvoir central. Cela dit, il y a également des unités d’Aqmi réparties un peu partout et qui s’étendent depuis la Mauritanie, le Sénégal, le nord du Mali, le Niger, et peut-être le nord du Tchad. Ce ne sont pas des milliers de combattants, bien sûr. Mais ce sont des petits groupes d’activistes qui peuvent être extrêmement dangereux.

Les autorités avaient pourtant renforcé la surveillance des frontières. Comment se fait-il qu’elles n’aient rien vu venir ? D'autant que la sécurité du site d’Arlit avait été renforcée, puisque c’est là que cinq des sept otages français du Sahel avaient été capturés en septembre 2010...

C’est comme lors d’un attentat terroriste bien préparé, et c’est cela qui m’inquiète. Là, il y a vraiment une volonté programmée de nuire. Il semble qu'un véhicule, qui se serait infiltré parmi des travailleurs se rendant sur le site, a explosé au milieu des gens qui allaient prendre leur tâche. On sent quelque chose de préparé, d’autant que l’attaque du camp militaire était quasi simultanée. Cela signifie qu’il y a un commandement central qui a organisé cette affaire.

Le groupe français Areva est-il directement visé et, à travers lui, la France ?

Tout à fait. En particulier, tous les intérêts français sont visés. On l’a bien vu, avec l’ambassade de France en Libye, qui a été attaquée. Avec la menace contre la représentation diplomatique en Egypte, également. Maintenant, tous les intérêts français dans cette région sont des cibles prioritaires, au même niveau que les Américains. Mais il semble que nous sommes un petit peu plus visibles, un petit peu plus présents. Cela représente donc un risque exceptionnel.

La question de la sécurité se pose et, à travers elle, celle de la coopération. Les Américains ont proposé de stationner deux drones à Agadez, qui sont actuellement basés à Niamey. Les Nigériens n’ont pas voulu. La lutte contre le terrorisme ne passe-t-elle pas obligatoirement par des missions conjointes ?

Obligatoirement, parce qu’effectivement, le terrorisme ne connaît aucune frontière. Il faut donc une coopération entre tous les Etats. Malheureusement, dans la région de l’Ouest africain, il y a des réticences héritées du passé. Je ne citerai que les réticences qui peuvent exister entre l’Algérie et le Maroc, par exemple. Mais il faut arriver à une politique commune contre le terrorisme, parce que la menace, elle, est globale.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.