Attaques au Niger: des failles dans la sécurité des installations d'Areva

L'entrée du site d'Areva à Arlit, au Niger.
© AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO

Le bilan définitif des deux attentats qui ont frappé le Niger, jeudi 23 mai, est de 35 morts, parmi lesquels figurent dix assaillants. Ces deux attaques, et notamment celle d'Arlit, illustrent la capacité de nuisance des jihadistes mais aussi les failles dans la sécurité autour des installations d'explotation d'uranium. Pourtant, depuis l'enlèvement de sept otages à leur domicile d'Arlit en septembre 2010, la sécurité avait été totalement revue.

En septembre 2010, l'enlèvement de sept employés d'Areva et de sa filiale Satom avaient provoqué un électrochoc. Pour rappel, si trois d'entre eux ont été libérés, quatre restent encore détenus par Aqmi.

A l'époque, un accord cadre avait été vite négocié entre le groupe nucléaire et le gouvernement nigérien pour définir les termes de la nouvelle sécurisation à mettre en place dans la zone minière : des renforts de militaires et de policiers nigériens avaient été décidés, et l'accord détaillait jusqu'à leurs émoluments. Le tout financé par Areva.

Le groupe avait aussi décidé de se faire assister par une société privée de sécurité qui envoie des experts au nord du pays. Leur mission consistait à mettre en place des moyens de surveillance, du matériel ayant aussi vocation à dissuader.

Une base-vie avait été construite avec des règles d'entrée et de sortie très strictes. C'est là que sont logés les expatriés et le personnel nigérien en mission.

Luc Oursel rencontre le président nigérien

Mais manifestement, tout cela n'a pas suffi, confie un employé d'Areva qui rappelle aussi qu'il n'y a pas de risque zéro.

Selon les informations de RFI, le PDG du groupe nucléaire a fait savoir vendredi, dès son arrivée à Niamey, qu'il était prêt à payer le prix nécessaire pour revoir la sécurité de la zone minière et de ses employés. La sécurité sera d'ailleurs au coeur de l'entretien que Luc Oursel doit avoir avec le président nigérien Mahamadou Issoufou ce samedi.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.