Le meurtrier présumé du soldat britannique avait déjà été arrêté au Kenya

Michael Adebolajo (en T-shirt noir) dans le box des accusés au Kenya en 2010. Il était alors soupçonné d'avoir voulu rejoindre les islamistes shebabs en Somalie.
© AFP PHOTO / MICHAEL RICHARDS

Michael Adebolajo, ce jeune britannique d'origine nigériane qui a revendiqué devant une caméra l'assassinat d'un soldat dans les rues de Londres mercredi 22 mai, avait bien été arrêté au Kenya. Les autorités kényanes et britanniques l'ont confirmé. Nairobi avait dans un premier nié que le principal suspect du meurtre barbare de Lee Rigby ait été arrêté sur son sol. Puis il a expliqué avoir fait une confusion car le jeune homme avait utilisé une fausse identité.

C'est en novembre 2010 que Michael Adebolajo a été interpellé au Kenya. Selon la presse britannique, le jeune homme, alors âgé de 25 ans, se trouvait sur une île proche du site touristique de Lamu, à une soixantaine de kilomètres des côtes somaliennes.

Voulait-il rejoindre les islamistes shebabs ? C'est ce que soupçonne la police kényane. Selon un officier de la lutte anti-terroriste à Nairobi, Michael Adebolajo a été arrêté après avoir noué des liens suspects à Mombasa, mais les preuves contre lui étaient trop minces. Après plusieurs interrogatoires, il a donc été libéré, raconte encore cette source citée par l'AFP.

Quelles ont été ses conditions de détention ? Dans un court extrait vidéo, le jeune homme clame devant un juge kényan son innocence et prétend que lui et les autres suspects dans le box ont été maltraîtés. Une accusation reprise par plusieurs de ses proches mais démentie par Nairobi.

Quel a été l'impact de cet épisode kényan dans la radicalisation de Michael Adebolajo ? Abou Nusaybah, un de ses amis d'enfance, dit avoir noté un changement d'attitude à son retour. Le MI5 s'est peut être également aperçu de ce changement. Les renseignements intérieurs britanniques ne sont en revanche jamais arrivés à le recruter, ni à prévenir le plus imprévisible des actes terroristes.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.