Republier
Mali

Mali: le premier tour de l’élection présidentielle fixé au 28 juillet

Dioncounda Traoré, président par intérim du Mali, à Mopti le 4 mai dernier.
© REUTERS/Adama Diarra

La loi électorale, adoptée ce lundi 27 mai à Bamako en Conseil des ministres, a fixé la date de l’élection présidentielle au Mali. Elle se tiendra le dimanche 28 juillet, avec un second tour éventuel le 11 août. Selon le texte adopté, le scrutin se déroulera « sur toute l’étendue du territoire national ».

C’est désormais officiel. Le Conseil extraordinaire des ministres qui s’est tenu ce lundi 27 mai à Bamako a convoqué le collège électoral pour le dimanche 28 juillet, pour le premier tour de l’élection présidentielle. En cas de second tour, la date du 11 août a été retenue.

Le même Conseil extraordinaire des ministres a précisé que l’élection aura lieu sur « toute l’étendue du territoire national », ainsi que dans les représentations diplomatiques et consulaires du Mali à l’extérieur.

Le texte fixe également les dates de la campagne électorale officielle. Elle sera ouverte le dimanche 7 juillet, à 0 h, et sera clause le 26 juillet, à minuit.

Les préparatifs vont devoir s’accélérer

Désormais, la course contre la montre commence. Tout n’est pas encore prêt. Les trois structures qui sont chargées d’organiser les élections vont devoir mettre les bouchées doubles.

Leurs rôles sont partagés. Le ministère malien de l’Administration territoriale est chargé d’organiser matériellement le scrutin. La délégation générale aux élections est pour sa part chargée de la bonne tenue du fichier électoral. La Commission nationale électorale indépendante (Céni), enfin, a pour tâche de veiller à la moralité du scrutin.

Laurent Fabius est attendu ce mardi 28 mai au Mali, pour une seconde visite en deux mois. Le ministre français des Affaires étrangères doit évoquer la préparation de l’élection présidentielle avec le président malien, Dioncounda Traoré et le Premier ministre, Django Cissoko.

Il doit également rencontrer Tiébilé Dramé, l’émissaire du président par intérim du Mali chargé d'engager des contacts avec les groupes armés du Nord.

Très ouvert au dialogue avec le MNLA lors de son passage à Paris, Dioncounda Traoré se veut désormais plus ferme, notamment sur un retour de l'armée malienne dans Kidal, le fief du MNLA, avant le premier tour de l'élection.
Au Mali, les propos du président par intérim froissent le MNLA et agacent les médiateurs burkinabè
11-10-2013 - Par Guillaume Thibault

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.