Amina, la militante tunisienne des Femen, reste en prison - Afrique - RFI

 

  1. 13:33 TU Danse des mots
  2. 14:00 TU Journal
  3. 14:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  4. 14:30 TU Journal
  5. 14:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  6. 15:00 TU Journal
  7. 15:10 TU Autour de la question
  8. 15:30 TU Journal
  9. 15:33 TU Autour de la question
  10. 16:00 TU Journal
  11. 16:10 TU Radio foot internationale
  12. 16:30 TU Journal
  13. 16:33 TU Radio foot internationale
  14. 17:00 TU Journal
  15. 17:10 TU Sessions d'information
  16. 17:30 TU Journal
  17. 17:33 TU Sessions d'information
  18. 17:40 TU Accents d'Europe
  19. 18:00 TU Journal
  20. 18:10 TU Décryptage
  21. 18:30 TU Journal
  22. 18:33 TU Sessions d'information
  23. 18:40 TU Débat du jour
  24. 19:00 TU Journal
  25. 19:10 TU Grand reportage
  1. 13:33 TU Danse des mots
  2. 14:00 TU Journal
  3. 14:10 TU Autour de la question
  4. 14:30 TU Journal
  5. 14:33 TU Autour de la question
  6. 15:00 TU Journal
  7. 15:10 TU Radio foot internationale
  8. 15:30 TU Journal
  9. 15:33 TU Radio foot internationale
  10. 16:00 TU Journal
  11. 16:10 TU Couleurs tropicales
  12. 16:30 TU Journal
  13. 16:33 TU Couleurs tropicales
  14. 17:00 TU Journal
  15. 17:10 TU Sessions d'information
  16. 17:30 TU Journal
  17. 17:33 TU Sessions d'information
  18. 17:40 TU Accents d'Europe
  19. 18:00 TU Journal
  20. 18:10 TU Grand reportage
  21. 18:30 TU Sessions d'information
  22. 19:00 TU Journal
  23. 19:10 TU Décryptage
  24. 19:30 TU Journal
  25. 19:40 TU Débat du jour
Urgent

■ Les forces de l'ordre ont ouvert le feu sur les manifestants
■ Les combats se poursuivent devant le palais présidentiel
■ Un homme a été tué par balles, ont indiqué plusieurs sources
■ La mairie et le siège du parti au pouvoir ont été incendiés à Bobo Dioulasso, deuxième ville du pays
■ A Ouagadougou, le Parlement est en proie aux flammes
■ Le gouvernement a suspendu le projet de loi visant à modifier la Constitution pour permettre à Blaise Compaoré de se faire réélire à la tête de l'Etat

fermer

Afrique

Droits des femmes Femmes Tunisie

Amina, la militante tunisienne des Femen, reste en prison

media La Femen tunisienne Amina.

La jeune militante tunisienne de l'organisation féministe Femen attendait ce jeudi 30 mai le verdict dans son procès pour le port d'une bombe lacrymogène. Elle est accusée de profanation de cimetière et d'atteinte aux bonnes mœurs. Il n’y a pas encore de verdict, la jeune femme doit être interrogée mercredi prochain dans le cadre de nouvelles poursuites. Le cas d'Amina semble s'aggraver.

Le cas de la Femen tunisienne s’est potentiellement aggravé ce jeudi. Du simple délit de port prohibé de gaz lacrymogène pour lequel elle vient d’écoper d’une simple amende de 300 dinars, Amina pourrait être également être inculpée de profanation de cimetière, atteinte aux bonnes mœurs et surtout association de malfaiteurs. Pour ce dernier chef d’accusation, le code pénal prévoit une peine extrêmement lourde, entre six et douze années de prison. En attendant que l’instruction décide ou non de requalifier les faits, Amina reste en prison au moins jusqu’au prochain examen de l’affaire par le juge, le 5 juin prochain.

Les trois Européennes restent en détention

Concernant les trois Européennes, deux Françaises et une Allemande, venues soutenir Amina mercredi par une action seins nus devant le tribunal de Tunis, toutes les trois seront finalement déférées vendredi devant le juge d’instruction. C’est à ce moment-là que leur seront notifiés leur chef d’inculpation et la date de leur procès. En attendant, les trois Femen européennes restent en détention à la prison pour femmes de la Manouba, près de Tunis, où elles viennent d’être transférées.

Le père d'Amina se dit « fier » de sa fille. Cette affaire est de plus en plus en plus politique, dit-il, « et si ma fille commet des actes démesurés, elle défend ses idées ». Ce jeudi matin, l’ambiance était électrique autour du tribunal de Kairouan où est jugée la jeune fille. Des dizaines de salafistes et d'habitants ont manifesté devant le bâtiment.

Il est certain que le mouvement Femen choque beaucoup de personnes ici, surtout que c'est un pays musulman. Mais le mouvement Femen choque partout dans le monde. Ce n'est pas une raison pour arrêter la lutte et se taire
Femen, une méthode controversée au service d'une cause universelle Par Florence Morice 11/10/2013 écouter


• Jeudi 31 mai 2013, la présidente de l'Association tunisienne des femmes démocrates Ahlem Belhadj est l'invitée de RFI. Elle répond aux questions d'Olivier Rogez. A retrouver, après sa diffusion, sur la page Invité Afrique de RFI.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.