Mali: Tiébilé Dramé à la rencontre de membres du Mouvement arabe de l'Azawad

Tiébilé Dramé, l'émissaire du président malien chargé d'engager des contacts avec les groupes armés, a rencontré mercredi 30 mai à Nouakchott une quinzaine de cadres politiques et chefs militaires du MAA.
© AFP PHOTO / Ahmed Ouoba

Après s'être entretenu avec le MNLA à Ouagadougou la semaine passée, Tiébilé Dramé, l'émissaire du président malien chargé d'engager des contacts avec les groupes armés, a rencontré mercredi 29 mai à Nouakchott une quinzaine de cadres politiques et chefs militaires du MAA, le Mouvement arabe de l'Azawad. Selon les deux parties, l'entrevue s'est bien passée. Le MAA devrait prochainement se rendre à Ouagadougou pour des négociations.

Vers 1h du matin, après plus de cinq heures de discussions, Tiébilé Dramé a qualifié sur son compte twitter les discussions de fructueuses et précisé : « un pas important a été franchi vers un accord intérimaire ». Son objectif principal était en effet de convaincre le MAA de se rendre à Ouagadougou pour s'asseoir avec les autres groupes armés du Nord et négocier un accord intérimaire avec Bamako. Intérimaire car destiné à être remplacé : l'accord viserait en effet à obtenir un cessez-le-feu des groupes armés pour permettre la tenue de l'élection présidentielle en juillet.

En contrepartie, l'Etat malien s'engagerait à négocier, une fois le président élu, un accord réglant les problèmes de fond et notamment le statut de l'Azawad, et qui serait garanti par la communauté internationale. Mohamed el-Maouloud Ramadane, porte-parole du MAA, confirme que le mouvement se rendra prochainement à Ouagadougou. « Nous sommes prêts à discuter car nous pensons qu'il faut une élection pour avoir un président légitime avec qui négocier par la suite » affirme Ramadame, qui précise qu’ « il n'est pas question de déposer les armes mais un cessez-le-feu est envisageable pour permettre la tenue de l'élection ».

Avant son départ pour Ouagadougou, le MAA devrait rencontrer des membres du MNLA à Nouakchott. L'objectif est de tenter d'apaiser les vives tensions qui existent entre les deux groupes, afin de présenter un front plus uni face à Bamako.

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.