Republier
Mali MNLA

Mali: la tension est un peu retombée à Kidal


©

Au Mali, le calme est revenu hier, lundi 3 juin à Kidal après un week-end très tendu. Dans cette ville du Nord, toujours contrôlée par le mouvement touareg du MNLA, une quarantaine de personnes avaient été arrêtées dimanche : des Songhaïs, Peuls et Tamasheqs noirs. Le MNLA a justifié ces arrestations en parlant d'infiltrations d'espions à la solde de l'Etat malien. Depuis, la tension a baissé dans la ville mais les relations entre Bamako et le MNLA sont dans l'impasse.

Les boutiques ont levé le rideau très progressivement, lundi, à Kidal. Les propriétaires de commerces, souvent issus des communautés dites « noires » ont été échaudés par les arrestations de la veille. « Cela nous a surpris, on n'a jamais eu de problème de communauté ou de couleur, on n'est pas habitués à ça », se désole un doyen de la ville.

Depuis dimanche soir, une trentaine de personnes interpellées ont été identifiées et libérées. Certaines, arrivées de Gao ces derniers jours, ont été renvoyées chez elles. Une dizaine reste entre les mains des combattants du MNLA (Mouvement national de libération de l'Azawad).

« Après vérification, ce sont des militaires maliens, ils sont considérés comme des prisonniers », assure le chargé des droits de l'homme au conseil transitoire de l'Azawad, Moussa ag Acharatoumane, qui n'exclut pas un échange de détenus avec les autorités maliennes.

Relations tendues entre le gouvernement et le MNLA

La tension est donc retombée sur le terrain, mais pas entre le MNLA et Bamako. À Ouagadougou, un participant aux négociations qui doivent débuter entre les deux parties prévient : « Si l'armée malienne déterre la hache de guerre, alors on peut dire adieu aux élections à Kidal », souligne ce notable de la ville.

De son côté, à Bamako, le porte-parole du gouvernement a dénoncé « une épuration raciale » et réaffirmé que la présence de l'armée à Kidal n'était « pas négociable ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.