Burundi: le président Pierre Nkurunziza promulgue la loi controversée sur la presse - Afrique - RFI

 

  1. 00:00 TU Journal
  2. 00:10 TU Priorité santé
  3. 00:30 TU Journal
  4. 00:33 TU Priorité santé
  5. 01:00 TU Journal
  6. 01:10 TU 7 milliards de voisins
  7. 01:30 TU Journal
  8. 01:33 TU 7 milliards de voisins
  9. 02:00 TU Journal
  10. 02:10 TU Couleurs tropicales
  11. 02:30 TU Journal
  12. 02:33 TU Couleurs tropicales
  13. 03:00 TU Journal
  14. 03:15 TU Sessions d'information
  15. 03:30 TU Journal
  16. 03:33 TU Sessions d'information
  17. 03:40 TU Ici l'Europe
  18. 04:00 TU Journal
  19. 04:15 TU Sessions d'information
  20. 04:30 TU Journal
  21. 04:33 TU Sessions d'information
  22. 04:40 TU Grand reportage
  23. 05:00 TU Journal
  24. 05:15 TU Sessions d'information
  25. 05:30 TU Journal
  1. 00:00 TU Journal
  2. 00:10 TU Priorité santé
  3. 00:30 TU Journal
  4. 00:33 TU Priorité santé
  5. 01:00 TU Journal
  6. 01:10 TU 7 milliards de voisins
  7. 01:30 TU Journal
  8. 01:33 TU 7 milliards de voisins
  9. 02:00 TU Journal
  10. 02:10 TU Couleurs tropicales
  11. 02:30 TU Journal
  12. 02:33 TU Couleurs tropicales
  13. 03:00 TU Journal
  14. 03:15 TU Sessions d'information
  15. 03:30 TU Sessions d'information
  16. 04:00 TU Journal
  17. 04:15 TU Sessions d'information
  18. 04:30 TU Sessions d'information
  19. 05:00 TU Journal
  20. 05:15 TU Sessions d'information
  21. 05:30 TU Sessions d'information
  22. 06:00 TU Journal
  23. 06:15 TU Sessions d'information
  24. 06:30 TU Journal
  25. 06:43 TU Sessions d'information
fermer

Afrique

Burundi Droits de l’homme médias

Burundi: le président Pierre Nkurunziza promulgue la loi controversée sur la presse

media

Le président burundais Pierre Nkurunziza a promulgué ce mardi 4 juin une nouvelle loi controversée sur la presse. Ce nouveau texte restreint la protection des sources, confie au Conseil national de la communication (CNC) - nommé par l'exécutif - d'accorder ou de retirer la carte de presse, ou encore interdit la diffusion d'informations sensibles. Des mois de lutte pour empêcher son entrée en vigueur n’ont finalement pas abouti.

Une pétition, la première jamais lancée au Burundi et qui a recueilli quelque 15 000 signatures, des appels de la société civile burundaise, de plusieurs organisations internationales, de l’ensemble des partis politiques à l’exception du Cndd-FDD au pouvoir dans ce pays... Tout a été tenté pour dissuader le président burundais de promulguer cette nouvelle loi sur la presse, mais rien n’y a fait.

Une consultation a été menée

Pierre Nkurunziza a finalement signé ce texte mardi 4 juin, deux jours avant la fin du délai de 30 jours que lui accorde la loi pour la promulguer ou la renvoyer devant le Parlement.
Il a mis à profit cette période pour consulter, selon des sources concordantes. Des proches lui auraient conseillé de ne pas promulguer une loi qualifiée de « liberticide ». Mais il a choisi de suivre les durs de son parti, qui reprochent à la presse burundaise d’avoir pris fait et cause pour l’opposition de ce pays.

L'Union burundaise des journalistes évoque une loi «liberticide» et «martiale»

Les journalistes parlent d’un « jour noir » pour la jeune démocratie burundaise, mais ils assurent qu’ils vont continuer à se battre pour leurs droits. L’Union burundaise des journalistes, l’UBJ, a réagi vivement à la promulgation de cette loi qu’elle qualifie de « liberticide ». Ce syndicat des journalistes burundais assure qu’il ne va pas baisser les bras et qu’il va lutter contre une loi qui est veut « ramener la presse 20 ans en arrière ».

« C’est une journée noire pour la presse burundaise. Du côté de l’UBJ, c’est un coup mortel à la profession. Nous regrettons que le président de la République ait promulgué une telle loi, que nous avions qualifiée de liberticide, et d’ailleurs que nous pourrions qualifier de martiale (car) on dirait que la République est en état de siège », a déclaré au micro de RFI la vice-présidente de l’UBJ, Marie-Claire Ndikumana.

« Nous regrettons aussi que le président de la République n’ait pas tenu compte des avis des uns et des autres, qui ont dénoncé cette loi sur la presse, et surtout l’avis de la population qui avait signé une pétition. Nous disons que cette loi est inapplicable, vu que c’est une loi qui viole la Constitution. Les professionnels des médias n’appliqueront pas une loi qui est contraire à la Constitution et qui vient enterrer la profession », conclut-elle.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.