L'armée malienne prend Anefis au MNLA, dernier village avant Kidal


©

Pour la première fois depuis l'an dernier, l'armée malienne et le MNLA s'affrontent au nord du Mali. La situation est tendue dans la zone d'Anefis, dernier village sur la piste qui permet d'accéder, 100 kilomètres plus loin, à Kidal. Les premiers accrochages ont eu lieu vers 5 h 30, heure locale. Le MNLA avait disposé des avant-postes en prévision de l’avancée des soldats maliens mais a confirmé un repli, « pour éviter toute perte au sein de la population ». Des combats sont toujours en cours.

Le MNLA (Mouvement national de libération de l'Azawad) et l'armée s'affrontent toujours ce mercredi 5 juin, à l'est du village d'Anefis. Vers 5 h 30 ce matin, lors de leur progression, les soldats maliens sont tombés sur des postes avancés du MNLA. De violents combats ont suivi.

Souleymane Maïga, porte-parole de l'armée du Mali, indique que le village d'Anefis a été repris. « Lors de notre progression vers Anefis, des accrochages ont eu lieu avec des éléments du MNLA, a-t-il déclaré. Nous avons pris position et nous tenons la ville. »

Dernier point de passage avant Kidal

Anefis, petit village, est le dernier point de passage avant de rejoindre Kidal, 100 kilomètres de pistes plus loin. Craignant une avancée de l'armée malienne depuis 48 heures, le MNLA avait positionné des troupes dans la zone.

Mais les chefs militaires du mouvement azawadien ont décidé ce matin de reculer. « Nous ne voulons pas que la population se retrouve au milieu des combats », a affirmé un cadre du mouvement actuellement à Ouagadougou, et qui ajoute : « Nous avons perdu deux hommes et un véhicule ».

« Je crains qu'il n'y ait beaucoup de morts »

Sur le terrain, ce mercredi après-midi, les positions des combattants du mouvement azawadien sont visées à l'arme lourde. 

« C’est l’armée qui a attaqué les positions, témoigne un combattant du MNLA. Ils sont entrés à Anefis, ont pris position dans la ville. Présentement, il y a quelques combats en ville. Quelques personnes ont réussi à quitter la ville, mais il reste beaucoup de monde. Je crains qu’il n’y ait beaucoup de morts et de blessés. »

L'armée vers Kidal?

A Bamako, un cadre de l'état-major indique que si toutes les conditions sont réunies, l'armée va continuer sa progression vers le fief du MNLA. Véritable volonté d'avancer ou coup de bluff pour faire monter les enchères ? Alors que les négociations entre Bamako et les groupes du nord doivent s'engager vendredi, les prochaines heures seront cruciales.