Dioncounda Traoré sur RFI : il n'y a pas d'«escalade vers la confrontation» au Mali


©

L'armée malienne est en route vers Kidal. Ce n'est pas une reprise de la guerre avec le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) affirme ce matin le président par intérim Dioncounda Traoré. Les pourparlers qui doivent se tenir ce vendredi 7 juin 2013 à Ouagadougou ne sont pas remis en cause. Dioncounda Traoré est interrogé par Olivier Rogez pour RFI.

RFI : Vous venez de remettre au président français, François Hollande, avec la fondation Houphouët-Boigny un prix pour la paix au moment où la guerre semble reprendre au Nord. Est-ce que ce n’est pas un peu paradoxal ?

Dioncounda Traoré : Je ne sais pas d’où vous tenez que la guerre soit en train de reprendre au Nord. La guerre est pratiquement arrivée au bout. L’ensemble du territoire malien est désormais libéré, il reste juste la ville de Kidal. Ce n’est pas la région de Kidal mais la ville de Kidal, pour laquelle nous sommes en train de parler avec nos compatriotes du MNLA. Et nous ne désespérons pas d’y arriver sans avoir besoin d’en arriver à utiliser la force.

L’armée est entrée à Anéfis. Elle affirme vouloir se diriger maintenant vers Kidal. Il y a eu des combats. Est-ce que c’est ce que vous appelez « parler » ?

Non, l’armée est à Anéfis. Ça, c’est une décision qui avait été prise depuis bien longtemps. J’avais donné des instructions. Il faut que nos troupes remontent vers Anéfis et dans une autre localité qui sont toutes les deux situées à environ 130 kilomètres de Kidal. Mais ce n’est pas une décision consécutive des évènements qui ont eu lieu à Kidal. En aucun cas, ça ne saurait signifier une escalade vers la confrontation.

Pourtant c’est quand même une montée vers Kidal qui s’est faite sans concertation avec les groupes qui sont au Nord qui, manifestement, ne sont pas d’accord puisqu’il y a eu des clashs ?

Non, nous parlons avec ces groupes depuis toujours. Ca fait des mois et des mois que nous sommes en train de parler avec ces groupes là. Cela n’empêche pas que nous considérons que le territoire malien est indivisible et que de toutes les façons, l’armée malienne a vocation de se déployer partout où elle le juge nécessaire. Pour l’organisation des élections dans des conditions minimales de sécurité, nous avons besoin que l’armée malienne soit présente à Kidal. Et elle sera présente à Kidal.

Normalement, il doit y avoir vendredi à Ouagadougou sous l’égide du médiateur Blaise Compaoré des discussions. Est-ce que les combats d’aujourd’hui à Anéfis, est-ce que l’avancée de l’armée vers le Nord, ne vont pas remettre en cause ces pourparlers ?

Je ne pense pas. Pour la guerre du Vietnam, c’est au moment où les négociations se passaient à Paris qu’il y a eu les combats les plus rudes. Donc qu’il y ait des combats, cela ne met nullement en cause le dialogue et les discussions. Les deux vont de pair.

Les pourparlers ne sont pas remis en cause ?

Absolument pas. Le choix du Mali, c’est le dialogue. Et nous maintenons ce cap.

Est-ce que les forces qui vous soutiennent et notamment les forces de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), la communauté internationale, ont été amenées ou seront amenées à vous épauler dans cette remontée vers Kidal, et vers le Nord ?

Oui, soyez certain que s’il y avait nécessité de faire remonter des forces armées vers Kidal, tous nos alliés seront avec nous, y compris la France.

La Mission internationale de soutien au Mali (Misma) pourrait prendre part aux combats ?

Oui, bien sûr.

A Kidal ?

A Kidal. Il y aura les troupes maliennes, les troupes de la Cédéao, la Misma et il y aura la France.

Est-ce que vous avez demandé un soutien militaire aux Français pour aller à Kidal ?

Bien sûr, nous en avons parlé. Ce n’est pas notre souhait, mais si nous devions aller par la force, nous irons par la force, avec la France et avec la Misma.

La France est d’accord pour vous épauler ?

Absolument.

Et là dans les combats d’Anéfis, est-ce que les troupes françaises étaient engagées ?

Je n’ai pas le détail de ce que vous dites, mais ce qui est certain c’est qu’au moment où je donnais des instructions pour que nos troupes remontent vers Anéfis, je l’avais fait en accord avec les troupes françaises et avec la France. Je savais que de toute façon, la France nous accompagnerait.

Malgré tout, vous gardez bon espoir qu’à Ouagadougou, à la tête des négociations, Le MNLA, le Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA) et tous les groupes du Nord puissent s’entendre avec vous pour discuter et trouver un accord sur l’organisation des élections et la présence de l’armée sur l’ensemble du territoire ?

Bien entendu. Si je n’avais pas cet espoir là, je n’aurai pas engagé autant d’efforts. Vous savez les hommes sont ce qu’ils sont... Parfois, il est difficile de reconnaître qu’on s’est trompé, mais on finit toujours pas y arriver. Je suis certain que nous parviendrons à un accord au bon moment.

Donc cette montée vers le Nord, c’est une façon de pousser les groupes à négocier ?

Ça peut contribuer à convaincre les groupes qu’il faut négocier. Mais toutes ces opérations, ce sont des opérations qui étaient prévues depuis longtemps.

Les élections vont-elles se dérouler le 28 juillet. Avez-vous maintenant l’assurance que tout sera prêt ?

Oui, je peux même vous dire que, d’ores et déjà, tout est prêt. Il reste juste à élaborer les bulletins électoraux lorsque nous connaîtrons les candidats. C’est tout.

On en connaît certains. Est-ce que vous avez un préféré dans tous les candidats pour l’instant ? Est-ce que vous soutenez quelqu’un ?

Vous comprendrez bien que le fait que je me sois abstenu d’être candidat m’interdit d’exprimer si j’ai une préférence ou pas. Ma neutralité et celle du gouvernement actuel sont un gage de ma crédibilité et la neutralité des élections qui vont se faire. C’est indispensable.