Disparition du romancier Tom Sharpe, maître de la comédie à l’anglaise - Afrique - RFI

 

  1. 17:40 TU Débat du jour
  2. 18:00 TU Journal
  3. 18:10 TU Grand reportage
  4. 18:30 TU Sessions d'information
  5. 19:00 TU Journal
  6. 19:10 TU La bande passante
  7. 19:30 TU Journal
  8. 19:40 TU La bande passante
  9. 20:00 TU Journal
  10. 20:10 TU Couleurs tropicales
  11. 20:30 TU Journal
  12. 20:33 TU Couleurs tropicales
  13. 21:00 TU Journal
  14. 21:10 TU Accents d'Europe
  15. 21:30 TU Journal
  16. 21:33 TU Danse des mots
  17. 22:00 TU Sessions d'information
  18. 22:30 TU Sessions d'information
  19. 23:00 TU Journal
  20. 23:10 TU Autour de la question
  21. 23:30 TU Journal
  22. 23:33 TU Autour de la question
  23. 17:40 TU Débat du jour
  24. 18:00 TU Journal
  25. 18:10 TU Grand reportage
  1. 17:40 TU La bande passante
  2. 18:00 TU Journal
  3. 18:10 TU Grand reportage
  4. 18:30 TU Sessions d'information
  5. 19:00 TU Journal
  6. 19:10 TU Décryptage
  7. 19:30 TU Journal
  8. 19:40 TU Débat du jour
  9. 20:00 TU Journal
  10. 20:10 TU Couleurs tropicales
  11. 20:30 TU Journal
  12. 20:33 TU Couleurs tropicales
  13. 21:00 TU Journal
  14. 21:10 TU Radio foot internationale
  15. 21:30 TU Journal
  16. 21:33 TU Radio foot internationale
  17. 22:00 TU Sessions d'information
  18. 22:30 TU Sessions d'information
  19. 23:00 TU Journal
  20. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  21. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Afrique du Sud Littérature Royaume-Uni

Disparition du romancier Tom Sharpe, maître de la comédie à l’anglaise

media

Romancier satirique connu pour sa série mettant en scène le célèbre anti-héros Henry Wilt, le Britannique Tom Sharpe était considéré comme un des plus grands humoristes de la littérature anglaise contemporaine. 

Le romancier britannique Tom Sharpe est mort ce jeudi 6 juin à Llafranc, en Catalogne. Décédé des complications liées au problème de diabète dont il souffrait depuis plusieurs années, l’homme (85 ans) partageait sa vie entre l’Espagne et l’Angleterre (Cambridge). Considéré comme l’écrivain comique le plus doué de sa génération, il est l’auteur de seize romans qui s’inscrivent dans la grande tradition de la fiction satirique anglaise popularisée par P.G. Wodehouse et Evelyn Waugh.

Pour les critiques, les tous premiers romans de Tom Sharpe, notamment Riotous Assembly (1971) et Indecent Exposure (1973), traduits en français sous les titres de Mêlée ouverte au Zoulouland (Ed. du Sorbier) et Outrage public à la pudeur (Ed. du Sorbier) respectivement, sont ses livres les plus réussis, même si Sharpe est essentiellement connu du grand public pour ses récits d’aventures comiques, répartis entre les séries Porterhouse et les série Wilt.

Avant les séries Wilt

Inspiré des injustices raciales qui minaient l’Afrique du Sud d’antan où il a vécu dans les années 1950, Riotous Assembly met en scène une vieille dame excentrique dénommée Miss Hazelstone, qui se rend à la police spontanément après avoir descendu à bout portant son cuisinier noir. Sharpe a expliqué que sa protagoniste, qui surprend le chef de la police par la spontanéité de son auto-dénonciation, lui avait été inspirée par la grande tante d’un de ses amis sud-africains. Celle-ci habitait au-dessus d’un commissariat et avait l’habitude de se plaindre que les cris des prisonniers torturés l’empêchaient de faire sa sieste ! Mêlant la cruauté sociale à l’ironie, Sharpe a dédié ce premier roman « aux policiers sud-africains qui consacrent leur vie à la préservation de la civilisation occidentale en Afrique du Sud ».

Sharpe, qui signifie « tranchant » en français, était un nom prédestiné pour cet écrivain dont l'ironie permanente était le sel de ses romans. D'ailleurs, avant de devenir écrivain, Tom Sharpe, né en 1928, avait eu une vie agitée et éclectique. Installé en Afrique du Sud dans les années 1950, il avait été tour à tour travailleur social, professeur, photographe, et s'était lancé dans le théâtre avec une pièce contre le régime de l'apartheid, ce qui lui valut illico d'être expulsé.

Un professeur gaffeur

De retour à Cambridge, il publia en 1976 le 1er roman de la série Wilt qui, d'emblée, l'imposa comme le grand humoriste anglais de sa génération. Il faut dire que son personnage principal, Henry Wilt, est un professeur gaffeur de toute saveur à l'image des titres de ses aventures : Le gang des mégères inapprivoisées ou encore : Comment enseigner à un ado dégénéré en repoussant les assauts d'une nymphomane alcoolique ?

Tout un programme donc arrêté en 2010 avec le dernier volume de cette série publiée par Tom Sharpe, lequel avait choisi d'aller se reposer en Catalogne, au soleil, près de la mer pour, disait-il, fuir le système de santé britannique, dont il se moquait comme le reste.
 

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.