Somalie : calme précaire après d’intenses combats à Kismayo

La ville de Kismayo, en Somalie, est le théâtre d'affrontements sanglants entre milices.
© AFP PHOTO/STRINGER

Situation tendue depuis vendredi à Kismayo, ville portuaire du sud de la Somalie. Au terme d’un processus non reconnu par le gouvernement fédéral à Mogadiscio, le chef de guerre Ahmed Madobe, à la tête de la milice Ras Kamboni a été déclaré président. Mais il y a deux jours, des combats ont éclaté dans la ville. L’Union africaine et les Nations unies ont appelé à la fin des combats. Ce dimanche 9 juin 2013, le calme est revenu, mais la situation reste précaire.

Ce sont les premiers affrontements sérieux depuis qu’Ahmed Madobe, chef de la milice Ras Kamboni s’est déclaré à la mi-mai président du Jubaland, une entité censée réunir les régions du Bas, Moyen Juba et Gedo. Cette administration du sud de la Somalie n’est cependant pas reconnue par le gouvernement fédéral de Mogadiscio, qui dénonce une élection fantoche, contraire à la Constitution.

Rivalités claniques

Vendredi, les combats ont éclaté dans un quartier de Kismayo entre Ras Kamboni et la milice d’Iftin Hassan Baasto qui était censé rencontrer le ministre de la Défense, Abdihakim Haji Mohamed Fiqi. Selon le gouvernement, le ministre est à Kismayo pour tenter de trouver une solution négociée à la crise. Mais les représentants de Ras Kamboni, l’accusent de jouer sur les rivalités claniques en soutenant des groupes armés contre Ahmed Madobe.

Si les violences ont été immédiatement dénoncées par l’Union africaine et des Nations unies elles ne sont pas une surprise. Depuis des semaines, malgré des déclarations appelant à l’apaisement par le président Hassan Sheikh ou les pays de la région dans le cadre de l’Igad, le désaccord est profond et, selon de nombreux observateurs, la crise est loin d’être terminée. Le gouvernement a annoncé la tenue prochainement d’une conférence à Mogadiscio, mais reste à savoir si les belligérants au premier rang desquels Ras Kamboni, accepteront d’y participer.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.