Aqmi confirme la mort d'Abou Zeid, un de ses chefs

Image datant du 25 décembre 2012 montrant Abou Zeid.
© FP PHOTO / SAHARA MEDIA

Dans un communiqué envoyé ce dimanche 16 juin à l'Agence Nouakchott Information, al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a confirmé pour la première fois qu'un de ses chefs dans la région, l'Algérien Abdelhamid Abou Zeid, a été tué lors de combats dans le nord du Mali, sans toutefois préciser de date. La mort d’Abou Zeid avait été annoncée en mars par le Tchad avant d'être confirmée par Paris.

C'est la première fois qu'Aqmi annonce officiellement la mort d'Abou Zeid. Dans un communiqué diffusé par l'agence mauritanienne ANI, qui a déjà publié de nombreuses déclarations d'Aqmi sans être démentie, l'organisation terroriste indique qu'Abou Zeid a été tué « lors des derniers engagements avec les forces ennemies au nord du Mali », sans toutefois donner de date précise.

L'Algérien Abou Zeid, un des principaux chefs d'Aqmi, avait mené de nombreuses attaques et prises d'otage dans la région. Début mars, le président Déby avait annoncé qu'il avait été tué par les forces tchadiennes au cours d'une offensive menée fin février contre les jihadistes repliés au nord-est du Mali. Une annonce confirmée trois semaines plus tard par l'Elysée. « Cette disparition de l'un des principaux chefs d'Aqmi marque une étape importante dans la lutte contre le terrorisme au Sahel », indiquait alors la présidence française.

Mise en garde

De son côté, Aqmi avait gardé le silence. Toutefois, en mai, après le double attentat à Agadez et Arlit au Niger, Mokhtar Belmokhtar, ancien membre d'Aqmi et chef du groupe dissident « Les signataires par le sang » avait indiqué dans sa revendication avoir baptisée l'attaque « Abou Zeid ». Une sorte de confirmation indirecte du sort de l'Algérien, finalement rendu officiel par Aqmi ce dimanche 16 juin.

Dans son communiqué, l'organisation terroriste annonce également la mort d'un autre chef de katiba (unité combattante), le Mauritanien Abdhallah al Chinguetti, qui aurait été tué dans les mêmes combats. Aqmi conclut en mettant en garde la France de ne pas se réjouir de ces décès, annonçant des représailles à venir.


Pourquoi est-ce seulement maintenant qu'Aqmi communique sur ces disparitions ? Anne Giudicelli, spécialiste du monde arabe, travaille sur ces organisations jihadistes :

L'opération militaire Serval a fait exploser Aqmi.
Anne Giudicelli, spécialiste du monde arabe et musulman
11-10-2013 - Par Boniface Vignon

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.