Tunisie: inquiétude des ONG après la convocation devant la justice de six rappeurs et d’une journaliste

Policiers devant la cour de justice de Tunis, Tunisie.
© AFP PHOTO/FETHI BELAID

Six rappeurs et une journaliste franco-tunisienne sont convoqués, ce lundi 17 juin 2013, devant le parquet dans le cadre de l'enquête sur les violences ayant éclaté à l'issue du procès du musicien Weld El 15 condamné à deux ans de prison pour une chanson insultant la police. Ces sept personnes avaient été interpellées puis relâchées. Après avoir été déférés au parquet, les rappeurs et la journaliste peuvent, en fonction de la décision du procureur, être laissés en liberté, placés en détention ou traduits immédiatement devant la juge d'instruction. Mais les associations de défense des droits de l'homme craignent le pire.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.