Algérie: Sonelgaz, l’entreprise nationale de gaz et d’électricité, au cœur d’un scandale de corruption

Après l’affaire Sonatrach (photo), l’entreprise nationale de pétrole, c’est au tour de Sonelgaz, l’entreprise nationale de gaz et d’électricité d’être au cœur d’un scandale de corruption.
© Photononstop

En Algérie, le PDG de l’entreprise nationale d’électricité a été placé sous contrôle judiciaire tout comme 15 autres cadres de l'entreprise. Tous sont accusés de corruption.

Deux PDG et une quinzaine de cadres inculpés de corruption et interdits de sortie de territoire : après l’affaire Sonatrach, l’entreprise nationale de pétrole, c’est au tour de Sonelgaz, l’entreprise nationale de gaz et d’électricité d’être au cœur d’un scandale de corruption.

La justice algérienne s’intéresse à un marché attribué en 2007. A l’époque, Sonelgaz veut faire construire deux centrales électriques. L’entreprise algérienne accorde le marché au Français Alstom et à l’Américain Général Electrics. Montant du contrat : 5,5 milliards de dollars.

Sauf qu’à la même époque, pour une centrale électrique identique, Sonelgaz paye au Canadien SNC Lavalin 826 millions de dollars, soit trois fois moins. Malgré les avertissements de la commission d’évaluation des attributions de marché sur la surfacturation, Sonelgaz ferme les yeux.

Aujourd’hui, les deux PDG risquent de deux à dix ans de prison. Et la presse algérienne évoque désormais la responsabilité de l’ancien ministre de l’Energie dans cette affaire, Chakib Khelil, qui est déjà impliqué dans le scandale de corruption de Sonatrach, l’entreprise algérienne de pétrole.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.