Congo-Brazzaville: la refonte du fichier électoral a démarré

Le président congolais Denis Sassou Nguesso et son épouse Antoinette, lors du premier tour des élections législatives à Brazzaville, le 15 juillet 2012.
© AFP / GUY-GERVAIS KITINA

Les autorités du Congo-Brazzaville ont lancé vendredi 21 juin le processus de recensement administratif spécial, dans la perspective des prochaines élections locales. Concrètement, un nouveau comptage des électeurs va être organisé. Le président de la coordination nationale du recensement, le ministre de l'Intérieur Raymond Mboulou, explique que ce processus est mené à la demande des partis politiques. L'opposition, elle, accuse le pouvoir de vouloir se tailler un fichier politique sur mesure.

Le dernier recensement du corps électoral au Congo-Brazzaville date de 2001. Depuis, le fichier n'a fait l'objet que de retouches dans le cadre des révisions des listes. Au vu des polémiques qui ont entouré depuis cette liste électorale, les partis représentés aux concertations de Dolisie ont souhaité qu'un recensement administratif spécial puisse avoir lieu, avant le scrutin local prévu pour cette année, puis la présidentielle programmée pour 2016.

Agents recensés conjointement par le gouvernement et les partis

Le processus vient d'être lancé avec l'installation du comité technique, chargé de l'opération. « Dans chaque localité, les commissions locales vont reprendre un à un, à zéro, le corps électoral congolais », a expliqué à RFI le ministre congolais de l'Intérieur, Raymond Mboulou, qui préside la coordination nationale du recensement. « Les agents recenseurs seront nommés conjointement par les partis et l'administration », précise-t-il.

Au sein de l'opposition, Matthias Dzon, le président de l'Alliance pour la République et la Démocratie, qualifie de son côté ce recensement administratif spécial de « supercherie ». Selon lui, le pouvoir cherche en fait à se tailler un fichier électoral sur mesure, dans la perspective d'un référendum constitutionnel qui permettrait à Denis Sassou Nguesso d'effectuer un troisième mandat et dans la perspective des élections présidentielles de 2016.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.