Visite de Barack Obama au Sénégal: coopération militaire et relations économiques au menu

Des enfants regardent un mur recouvert de posters, représentant les président Barack Obama et Macky Sall, le 26 juin 2013
© REUTERS/Joe Penney

Barack Obama est arrivé, mercredi 26 juin dans la soirée, à Dakar, Première étape de sa tournée africaine. C’est la première fois que le président américain se rend dans un pays d’Afrique francophone. Une visite historique, donc, qu'il effectue en famille. Au programme : une visite à la maison des esclaves sur l’île de Gorée où il rencontrera aussi des responsables de la société civile sénégalaise. Un peu plus tôt, il se rendra à la Cour suprême. La journée commence par un entretien avec son hôte : le président sénégalais Macky Sall.

Avec notre correspondante à Dakar, Carine Frenk

Après la rencontre cordiale du 28 mars à la Maison blanche, la visite du président Barack Obama est incontestablement un grand succès diplomatique pour le Sénégal et pour son président Macky Sall, qui réussit là ce que son prédécesseur Abdoulaye Wade avait vainement cherché à obtenir.

« Je préfère des institutions fortes plutôt que des hommes forts », avait lancé Barack Obama au Ghana en 2009. Après la présidentielle de l’an dernier au Sénégal, le président américain peut venir saluer la vitrine démocratique de l’Afrique francophone, un pays qui n’a jamais connu de coup d’Etat militaire.

« Les Etats-Unis ont besoin d’un Sénégal fort »

Il vient aussi saluer un nouveau type de gouvernance, avec notamment la traque des biens mal acquis. Il vient enfin soutenir l’engagement du Sénégal dans la lutte contre le « terrorisme » et les narcotrafiquants, selon la terminologie américaine.

Ces deux problématiques devraient être au centre de l’entretien que les deux hommes auront en tête à tête. « Avec la crise malienne en toile de fond, la coopération militaire entre les deux pays est amenée à s’accentuer, notamment en ce qui concerne le renseignement », estime un spécialiste des Etats-Unis à Dakar.

Les deux chefs d’Etat devraient également évoquer le renforcement des relations économiques bilatérales. Selon cet expert, « les Etats-Unis ont besoin d’un Sénégal fort et stable dans leur stratégie pour le Sahel, où Dakar fait figure de porte d’entrée. »
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.