RCA: limogeage du général Mohamed Dhaffane, ministre et haut responsable de la Seleka

Des soldats de la Seleka patrouillent dans les rues de Bangui, le 30 mars 2013.
© AFP PHOTO/ SIA KAMBOU

Le ministre de la Communication, Christophe Gazam Betty, a annoncé le limogeage du gouvernement de l'un des hauts responsables de la Seleka, le général Mohamed Dhaffane, qui était jusqu'ici ministre des Eaux et forêts. Mohamed Dhaffane est accusé de malversations financières, de racket et de recrutement de combattants. Ce limogeage intervient au lendemain des violences et pillages qui ont eu lieu dans Bangui, et alors que Mohamed Dhaffane avait appelé samedi 29 juin à un dialogue interne à la Seleka.

A l'issue d'une réunion qui s'est tenue samedi soir à Bangui, le ministre d'Etat, ministre des Eaux et forets a donc été relevé de ses fonctions. Selon le ministre de la Communication, Christophe Gazam Betty, Mohamed Daffhane paie son comportement.
Il évoque des malversations financières, du racket auprès de certaines entreprises.

Mohamed Daffhane aurait pris possession d'une villa où il entreposerait une vingtaine de véhicules notamment. Il se déplacerait en ville constamment avec des détachements de militaires qu'il aurait recrutés.

Le procureur a été saisi et une perquisition devrait intervenir dans les prochaines heures. Selon Christophe Gazambetty, la décision de limoger Mohamed Daffhane va dans le sens de la sécurisation de la ville. Mais elle pourrait être le signe de dissensions qui s'aggravent au sein de la Seleka.

Il y a quelques jours, le président Djotodia a indiqué qu'il n'avait promis d'argent a aucune faction, qu'il n'avait signé d'accord en ce sens avec personne. Des propos qui auraient poussé certains éléments de la Seleka à enlever et tuer le jeune homme du quartier de Gobongo, l'événement qui a déclenché les violences de samedi. Un moyen de faire pression sur le sommet de l'Etat.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.